Red de KING CRIMSON

KING CRIMSON

Red Red (1974) ma note 

Red marque la fin de la première ère de King Crimson: celle des années 70. Et ces années-là furent vraiment tumultueuses et passionnantes comme l'explique Sid Smith dans sa biographie du groupe. En effet, en à peine 5 ans, King Crimson a été l'un des groupes les plus novateurs de la période en ayant sorti par moins de 7 albums studio en 5 ans et presque autant de splits et de reformations, derrière Robert Fripp. C'est surtout que le groupe a apporté ses lettres de noblesses au rock, pour en faire une Grande Musique. Précurseur du rock progessif avec "in the Court of the Crimson King (1969)", ils signent là une nouvelle variante du heavy-métal, avec la possibilité d'y rattacher tout autre style musical: jazz, ballade et prog.

"Red" est le fruit du trio Bruford, Fripp & Wetton, qui en sont à leur troisième album ensemble et près de 200 concerts, auquel il faut rajouter le violoniste David Cross. Mais en ce début d'année 1974, le violoniste part, ne trouvant plus sa place face à la rugosité sonore du groupe. John Wetton martèle sa basse telle un damné, Bruford reprend de plus belle et Robert Fripp délivre des riffs assassins et des solos laissant peu de place à un quatrième musicien.
Pourtant, le groupe voit bien qu'il manque une dernière touche pour tuer les mélodies monstrueuses qu'ils interprètent. C'est ainsi qu'ils font appel à 2 anciens du groupe: Mel Collins et Ian McDonald au saxophones, pour apporter une touche finale et viscérale. Les solos de saxo des 2 mercenaires rendent à merveille sur ce rock progressif endiablé et je ne m'en lasse pas. Tout comme ce son de batterie développé par Sir Bill Bruford en intro sur 'One more red nightmare': un pur régal, un de meilleures intro que je connaisse.
L'album comprend une petite faiblesse, "Providence", une improvisation live du Roi Pourpre, réservé aux puristes (sorti de son contexte live), assez difficile d'accès mais qui est vite oublié par ce qui suis: la cerise rouge sur ce merveilleuse galette: "Starless". L'un des joyaux du rock progressif car il reprend tous les styles du genre, et ce dans une construction parfaite. Robert Fripp a construit ce morceau sur la base d'une sonate, avec ses 4 mouvements:

  1. un lent, dépressif et sombre à souhait, avec le chant de Lohn Wetton
  2. une construction guitare batterie mono-rythmique enivrante
  3. une explosion musicale avec des solos de saxo
  4. et enfin, un récapitulatif de ces 3 mouvements.
Un album sur lequel je reviens sans cesse, sans doute le plus grand disque du rock progressif: un indispensable, tout simplement.

Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. Red - 6:20
    2. Fallen Angel - 6:00
    3. One More Red Nightmare - 7:07
    4. Providence (live improv) - 8:08
    5. Starless - 12:18
  • Informations:
    • Line-up:
      • Chant: John Wetton
      • Guitares: Robert Fripp
      • Basse: John Wetton
      • Batterie: Bill Bruford
      • Invités: David Cross (violon), Mel Collins et Ian McDonald (saxophones)
    • Sortie le: 6 Octobre 1974
    • Produit par: King Crismon
    • Sur le label: EG (Island/Virgin)
  • Genre: Rock Progressif
  • Site officiel: https://www.dgmlive.com/
  • Spotify : Red
  • Le meilleur titre: One More Red Nightmare
  • Extrait en écoute:

... Dark Side Of The Moon  << >>  The Lamb Lies Down On Broadway ...

revue de mes meilleurs albums par dcennies:
1970 | 1980 | 1990 | 2000 | 2010 | 2020 }

-- ou --

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 | 2022 |  }

Découvrez également: