The Lamb Lies Down On Broadway de GENESIS

GENESIS

The Lamb Lies Down On Broadway The Lamb Lies Down On Broadway (1974) ma note 

Sixième album studio du groupe et dernier album avec Peter Gabriel, marquant la fin de l'âge d'or de Genesis pour beaucoup, tant cet album est considéré comme l'album le plus complexe et le plus abouti du groupe. Premier double album qui a été accouché dans la douleur. Peter Gabriel ayant été peu disponible (écriture d'une musique de film qui ne verra jamais le jour et naissance de son premier enfant), une fissure s'est inscrit dans le groupe et qui deviendra un fossé lors de la tournée de l'album.

Pour pallier à l'absence récurrente du chanteur durant les sessions d'écriture, c'est Phil Collins qui chantonne quelques morceaux et fait les chœurs, et cela ne sera donc pas étonnant que cela sera bien lui qui remplacera l'archange Gabriel à la tête du groupe. Mais cet album reste avant tout sous la mainmise du chanteur car c'est lui qui porte l'idée du concept-album, et d'en faire un double album.
Et ce double-album est sans doute l'un des plus mythiques du genre, car c'est d'une part un concept-album, racontant une vraie histoire, et que d'autre part, il n'y a rien à jeter: même les morceaux instrumentaux et expérimentaux ont parfaitement leur place. L'histoire raconte donc le voyage initiatique de Rael, un tout jeune loubard new-yorkais d'origine portoricaine, qui se retrouve isolé de son gang et se retrouve dans un monde fantastique où il devra affronter ses peurs et confirmer en quelles valeurs il croit: famille, fratrie, gang, pouvoir, sexe, virilité et/ou liberté. Et un peu à la façon des livres dont vous êtes le héros, c'est à l'auditeur de choisir sa fin.

Avant d'arriver à la fin de cette étrange histoire, Genesis nous convie à un voyage musicale des plus abouti. Après les longs morceaux épiques, le groupe préfère l'option de relier et d'enchainer les morceaux, avec des coupures ou passages, sorte de travelling pour la mise en scène de l'histoire, facilitant ainsi l'intrusion de morceaux radicalement différents, entre les splendides ballades comme "Carpet Crawlers", "Lamia" ou "Anyway", des chansons plus pop ("Cuckooo Cocoon", "Counting out time") précurseurs du style Phil Collins et enfin des morceaux plus rock comme "In the cage" ou "Back In N.Y.C". Seul le morceau éponyme est le fil conducteur avec ses mélodies et ses accords qui sont repris ici et là.
Malgré la qualité indéniable de l'album, il reste quand même assez difficile d'accès, du fait que les joyaux sont absents du premier quart du disque, et des expérimentations sonores. Il faut savoir traverser la salle d'attente ("The Waiting room") avec ses passages psychédéliques pour découvrir deux des joyaux du disques. Et quel bonheur de découvrir "Anyway" (et son splendide arpège joué au piano) puis ensuite "The Lamia", l'un des plus beaux morceaux que je connaisse. Tony Banks n'a jamais aussi bien joué au piano et Peter Gabriel nous touche au plus prés avec cette histoire de femmes lézardes qui en veulent à notre corps.

"The Lamb Lies Down On Broadway", c'est plus de 94 minutes de bonheur, un album culte à découvrir encore et encore.
Et pour ceux qui veulent comprendre l'histoire bigarré du jeune Rael, voici une mise en image de l'album.


Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. The Lamb Lies Down on Broadway - 4:52
    2. Fly on a Windshield[a] - 2:47
    3. Broadway Melody of 1974 - 2:11
    4. Cuckoo Cocoon - 2:14
    5. In the Cage - 8:15
    6. The Grand Parade of Lifeless Packaging - 2:45
    7. Back in N.Y.C. - 5:49
    8. Hairless Heart - 2:25
    9. Counting Out Time - 3:45
    10. Carpet Crawlers[b] - 5:16
    11. The Chamber of 32 Doors - 5:4
    12. Lilywhite Lilith - 2:40
    13. The Waiting Room - 5:28
    14. Anyway - 3:18
    15. Here Comes the Supernatural Anaesthetist[c] - 2:50
    16. The Lamia - 6:57
    17. Silent Sorrow in Empty Boats - 3:06
    18. The Colony of Slippermen 8:14
      • a. The Arrival
      • b. A Visit to the Doktor
      • c. The Raven
    19. Ravine - 2:05
    20. The Light Dies Down on Broadway - 3:32
    21. Riding the Scree - 3:56
    22. In the Rapids - 2:24
    23. It. - 4:18
    li>Line-up:
    • Chant: Peter Gabriel
    • Guitares: Steve Hackett
    • Basse: Mike Rutherford
    • Batterie: Phil Collins
    • Claviers: Tony Banks
  • Informations:
    • Sortie le: 18 Novembre 1974
    • Produit par: John Burns & Genesis
    • Sur le label: Charisma
  • Genre: Rock Progressif
  • Site officiel: https://www.genesis-music.com/
  • Spotify : The Lamb Lies Down On Broadway
  • Le meilleur titre: The Lamia
  • Extrait en écoute:

... Red  << >>  Godbluff ...

revue de mes meilleurs albums par dcennies:
1970 | 1980 | 1990 | 2000 | 2010 | 2020 }

-- ou --

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 |  }

Découvrez également: