The Real Thing de FAITH NO MORE

FAITH NO MORE

The Real Thing The Real Thing (1989) ma note 

J'ai découvert les Faith No More compile rock/métal avec leur tube "We Care a lot", réinterprété quelques mois plus tôt avant la sortie de leur album "The Real Thing". Cette mise à jour bodybuildé a permis au groupe de faire le buzz et de passer à la radio et MTV. Avec ce chant clair et cette basse encore plus rentre dedans, j'étais déjà accroc et j'ai grave le souvenir d'avoir fait chier mon disquaire pour la précommande. Je l'entends encore dire: "ouais, ouais, mais il chante pas le gars, il beugle". "Mais non j't'dis, c'est un nouveau chanteur qui déchire et un son qui t'arrache les lunettes et les oreilles avec!"
Et quand j'ai tenu le saint-graal tant attendu, j'ai mis du temps à m'en remettre, tant que c'était bon.

Mike Patton, clef de voute du groupe

Après plusieurs différents avec leur chanteur Chuck Mosley lors de leur précédente tournée, les Faith No More recrutèrent un certain Mike Patton, qui se révéla être la perle du groupe, et même plus. Il en est la clef de voute, à savoir la pierre manquante à ce groupe de rock à la musique protéiforme. C'est grâce à son chant exceptionnel que le son de Faith No More est un tout, d'une force incroyable, et ce malgré les influences diverses et variées de chacun des membres, leurs amours pour les rythmes chaloupés et leurs expérimentations musicales parfois douteuses. Mike Patton est au centre de ce maelstrom sonore pour s'assurer que tout tienne, que tout soit solide. C'est que les membres du groupe proviennent d'univers bien différents, voire divergents et que chacun d'entre eux tient à mettre sa brique à l'édifice. Et la musique de ces hommes sans foi construisent un album comme le facteur cheval un édifice: faut que cela soit barré, bigarré, que cela passe du coq à l'ane avec amour, en mode sodomie ou en mode caresse sensuelle, mais avec amour et hardeur. Bref, un genre musical que l'on entendait rarement à la fin des années 80, il y avait certes quelques groupes fusion ou crossover tels que les Red Hot Chili Peppers, les Bad Brains ou les Living Colours ou les Suicidal Tendencies, mais rien qui soient ouvert à 360°, prêt à embrasser et à enfiler toutes les influences musicales, des plus extrêmes aux plus saugrenues, et ce avec la même passion, la même fougue.

The Real Thing, album fondateur de la Fusion

The Real Thing est sans nul doute l'un des albums les plus novateurs et précurseurs de tout le melting-pot rap-métal, fusion et crossover.
Ces musiciens savent jouer de tout et n'hésitent pas à jouer à contre courant: musique arrabisante sur une basse funky pachydermique dans "Woodpecker from Mars". Cet amour pour les synthés, a on est loin des synthés insupportable à la "Europe" ou des synthés pmopeux du progressif, il y un je-ne-sais-quoi de décalé que j'adore dans l'approche de Roddy Bottum. L'album est complet et couvre toute la panoplie du métal travesti en mode "Drag Queen de luxe": une petite ballade entre funk et reggae pour plonger juste après dans un Trash métal qui a l'effet de lotion capillaire magique à faire pousser instantanément une chevelure luxuriante à un chauve pour qu'il puisse headbanger, pour ensuite passer à un métal plus progressif, où Mike Patton nous régalent les cages à miels avec son éventail vocal de premier ordre, d'un chant nasillard à un chant guttural avec le coffre rempli de hargne. Je me suis d'ailleurs toujours demandé combien de personnes étaient dans la tête du chanteur au moment de chanter cet album? 5, 6 ou 7? Je ne sais toujours pas et quelque part j'm'en fous: même si parfois il en fait un peu trop, le chant schizophrène de Mike Patton est la force de cet album et comme je l'ai dit plus haut, sa clef de voute. Une voix comme rarement on peut en entendre, même s'il a eu de nombreux copieurs et erstaz, et seul le français Arno Strobl est en mesure de lutter contre le général Patton!

"The Real Thing" reste mon album préféré du groupe (avec "King for a day", plus mainstream), c'est mon premier amour pour le métal avant-garde, qui ose sortir des sentiers battus, que je place bien loin devant "Angel Dust".

Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. From Out of Nowhere - 3:22
    2. Epic - 4:54
    3. Falling to Pieces - 5:16
    4. Surprise! You're Dead - 2:27
    5. Zombies Eaters - 6:00
    6. The Real Thing - 8:13
    7. Underwater Love - 3:50
    8. The Morning After - 3:41
    9. Woodpecker From Mars - 5:40
    10. War Pigs - 7:44
    11. Edge of the World - 4:11
  • Line-up:
    • Chant: Mike Patton
    • Guitares: Jim Martin
    • Basse: Billy Gould
    • Batterie: Mike Bordin
    • Synthés: Roddy Bottum
  • Informations:
    • Sortie le: 20 juin 1989
    • Produit par: Matt Wallace & Faith No More
    • Sur le label: Slash (Warner Bros.)
  • Genre: Fusion
  • Site officiel: http://www.fnm.com/
  • Spotify : The Real Thing
  • Le meilleur titre: Underwater love
  • Extrait en écoute:

... Doolittle  << >>  Carved In Sand / Grains Of Sand ...

revue de mes meilleurs albums par dcennies:
1970 | 1980 | 1990 | 2000 | 2010 | 2020 }

-- ou --

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 |  }

Découvrez également: