Trick Of The Tail de GENESIS

GENESIS

Trick Of The Tail Trick Of The Tail (1976) ma note 

Avec le départ de Peter Gabriel 18 mois plus tôt, tout le monde voyait mort Genesis, surtout avec la parution de l'excellent album solo de Steve Hackett ("Voyage of the accolyte", 1975) et l'expérience jazzy de Phil Collins dans le groupe Brand X. Mais en fait non, le reste du groupe voulait coute que coute continuer à jouer ensemble, tant l'osmose et la créativité musicale était à son comble. Alors que les musiciens recherchaient en vain un nouveau chanteur, ils continuaient à composer et enregistrer les nouveaux morceaux, et comme ils l'avaient fait sur le précédent album quand Peter Gabriel manquait des sessions, Phil Collins faisaient les intro au chant et quelques refrains. Et c'est sur le morceau "Squonk" que l'évidence sauta aux yeux au reste du groupe: Phil Collins était leur homme.
Bien que réticent à prendre la suite, ce dernier se laissa convaincre par ses collègues et c'est ainsi qu'il passa au devant de la scène, et que pour la tournée, Bil Bruford (tout juste orphelin de King Crimson après Red) prit la relève, avant que Chester Thompson seconde définitivement le chanteur-batteur pour tous les concerts du groupe.

Plus abordable que son prédécesseur, "Trick Of The Tail" revient dans la plus pure tradition du rock progressif et dévoile des splendides compositions plus planantes, avec quelques velléités plus pop. Les mélodies et arrangement y sont superbes (comme "Entangled" ou "Ripples").
Le seul bémol de cet album est qu'il garde tout ce que l'on aime tant détester dans le rock prog: cette rythmique pompeuse et grandiloquente et ces synthés à la limite du m'as-tu-vu. Il m'arrive de dénigrer cet album et juste après de l'encenser, comme pour certains YES. ON frôle parfois l'overdose, mais comme toute drogue, c'est un plaisir jouissif quand on le consomme sans excès. Cet album est l'archétype du son "Genesis": facilité de rendre une mélodie complexe simple, et d'un autre côté, efficacité à compliquer une simple mélodie en mélopée progressive.

Avec cet album, le groupe prouve qu'ils ne sont pas morts (tout le monde le croyait), que Phil Collins sait chanter (certains en doutaient) et qu'ils savent composer (aucun n'en doutaient): c'est de loin le meilleur album "progressif" du groupe de l'ère post-Gabriel.
Un incontournable pour les fans du genre, et du groupe.


Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. Dance on a Volcano - 5:54
    2. Entangled - 6:26
    3. Squonk - 6:26
    4. Mad Man Moon - 7:34
    5. Roberry, Assault and Battery - 6:16
    6. Ripples - 8:04
    7. A Trick of The Tail - 4:34
    8. Los Endos - 5:47
  • Line-up:
    • Chant et Batterie: Phil Collins
    • Guitares: Steve Hackett
    • Basse: Mike Rutherford
    • Claviers: Tony Banks
  • Informations:
    • Sortie le: 2 février 1976
    • Produit par: David Hentschel
    • Sur le label: Charisma/Virgin
  • Genre: Rock Progressif
  • Site officiel: http://www.genesis-music.com/
  • Spotify : Trick Of The Tail
  • Le meilleur titre: Entangled
  • Extrait en écoute:

... A Night At The Opera  << >>  Still Life ...

revue de mes meilleurs albums par dcennies:
1970 | 1980 | 1990 | 2000 | 2010 | 2020 }

-- ou --

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 | 2022 |  }

Découvrez également: