Un de mes films cultes: 

Dune




Note des acteurs principaux: 7/10
Note des acteurs secondaires: 6/10
Note du scenario: 8/10
Note de la photographie: 6/10
Note du montage et de la realisation: 8/10
Note de la musique et de la sonorisation: 6/10

(1984) de David Lynch 7/10 

Synopsis:
Dans une autre galaxie, en l'année 10191, l'empereur qui règne sur l'univers, établit une alliance avec les Harkonnen pour éliminer de la galaxie la dynastie des Atréides.
Pour réussir ce projet funeste, l'empereur envoie les Atréides sur la planète Arrakis, appelée également Dune, la planète qui renferme les gisements de l’Epice, cette substance qui apporte pouvoir et longévité, ainsi que la faculté de "plier" l'espace pour se déplacer entre les galaxies. Sur Dune, les Atreïdes se font massacrer et seul deux survivants échappent au massacre : Paul Muad'Dib, l'héritier du trône Atréide et sa mère Lady Jessica. Ils sont secourus par les mystérieux Fremen; les habitants de Dune...

Genre:
Le sel de l'espace
Scene:
La découverte des vers géants
Distribution:
    • Réalisateur: David Lynch
    • Acteurs:
      • Francesca Annis - Lady Jessica
      • Kyle MacLachlan - Paul Atreides / Usul Muad'Dib
      • Jurgen Prochnow - Duc Leto Atreides
      • Patrick Stewart - Gurney Halleck
      • Sting - Feyd-Rautha
      • Brad Dourif - Piter De Vries
      • Max von Sydow - Docteur Kynes
      • Sean Youn - Chani
      • José Ferrer - Padishah Empereurr Shaddam IV
      • Linda Hunt - Shadout Mapes
      • Dean Stockwell - Doctor Wellington Yueh
    • Distribution:
      • Produit par: affaella et Dino De Laurentiis
      • Sortie le: 06/02/1985 (France)
      • Distribué par: UIP
      • Pays d'origine: USA
    • Autres informations:
      • Durée: 2h17
      • Scénario de: David Lynch, d'après l'oeuvre homonyme (et monumentale) de Franck herbert
      • Musique de: Brian Eno et Toto
      • Récompenses: 1985 - Nominé aux Oscars du meilleur son
Site Web:
Lien ImdB:
Critique:

Le "Dune" de David Lynch ne fait pas l'unanimité parmi les fans purs et durs de la saga de l'écrivain Franck Herbert. En effet, résumer une telle œuvre est une véritable gageure, tant la multitude des personnages et l'univers imaginaire de cette épopée sidérale est à milles lieux de la simplicité manichéenne des Star Wars. Réaliser "Dune", c'est un peu si vous vouliez mettre en image "le seigneur des anneaux" en 1H30! Pourtant, la réalisation de "Dune" faite par David Lynch mérite que l'on s'attarde dessus.

Une genèse grâce à Jodorowsky

Avant que David Lynch ne s'attaque à Dune, c'est tout d'abord le fantasque Alejandro Jodorowsky qui a bâti l'adaptation, avec l'aide de Moebius (Jean Giroud) pour en faire le story-board. Le projet échoua en 1976, fautes de moyens (le film allait durer 10H!) mais il permis d'ouvrir de nouveaux horizons dans la retranscription de l’œuvre et surtout de nouvelles méthodes dans les effets-spéciaux (Giger qui également collaboré au projet initial lui permis de créer sa première ébauche de son "Alien").

Pour gagner du temps dans la découverte des personnages et de leur complexité psychologique, David Lynch a pris le pari d'utiliser la voix off, voix off émanant pour la plupart des temps des personnages principaux, afin de nous impliquer plus facilement dans les méandres politiques et les luttes de pouvoir entre les différentes dynasties interstellaires.
Toutefois, ce procédé pratique ne permet pas d'apporter par la suite toute la profondeur psychologique attendue. David Lynch joue avec les redondances d'explications, qui finit par la longue, lasser le spectateur connaissant un peu l'histoire. La mise en scène est remarquable, on est vraiment dans un monde à part, mais à la limite du kitsch avec des effets déjà dépassés. Malgré le budget conséquent pour l'époque, les trucages et autres effets spéciaux sont décevants. Pour David Lynch, "Dune" est d'abord une histoire de pouvoir, qui se situe dans l'intellect et le rationnel (ou l'irrationnel), et non dans les effets spéciaux, qui servent pour lui qu'à situer les personnages.

Une distribution typique de Lynch

La distribution des rôles est typiquement lynchienne: des acteurs fétiches, d'autres sobres, des gueules et une star de la musique. Kyle Mac Lachlan s'en sort bien, malgré son rôle difficile, entre jouer le jeune prince déraciné en quête de vérité, et devenir l'élu d'un peuple de l'ombre. Mais ce sont pour une fois les méchants qui ont les plus beaux rôles, ou du moins des rôles les plus imagés et qui s'en sortent le mieux, et en tout premier lieu Sting, qui a un rôle très décalé, voire casse-gueule vu son rôle de bâtard cynique. La première fois que j'ai vu sa prestation, j'ai été déçu, ce n'est que maintenant que j'apprécie son incarnation de la haine héréditaire fomenté par son père.

Pour revenir à Lynch, "Dune" permet de mieux comprendre le décalage qui existe entre certains réalisateurs. Pour certains, comme Georges Lucas pour ne pas le nommer, un film est un prétexte à en mettre plein la vue aux spectateurs avec une tonne d'effets spéciaux. Pour d'autres, un film est une fenêtre sur une histoire et l’interaction de celle-ci sur la conscience des personnages principaux.
L'ambition de David Lynch pour réaliser son rêve (il a travaillé 10 ans sur ce projet) l'a finalement vite dépassé par sa démesure, et par moment, le film s'enfonce dans les sables mouvants de "Dune".

David Lynch a été trop visionnaire, et a été obligé de subir la loi des studios. Il a créé son œuvre une décennie trop tôt, où le public n'était pas encore prêt à rester plus de 2H30, encore moins à suivre cette épopée en 2 ou 3 épisodes; pari que Peter Jackson ou Quentin Tarantino n'ont pas hésité à prendre, 20 ans plus tard.


Interview de David Lynch sur Dune


Autre(s) film(s) du réalisateur

<< Starman | La Mouche >>

> Avant 1969 |  1970-1979 |  1980-1989  |  1990-1999 |  2000-2009 |  2010-2019 <