Un de mes films cultes: 

M.A.S.H.




Note des acteurs principaux: 8/10
Note des acteurs secondaires: 7/10
Note du scenario: 9/10
Note de la photographie: 6/10
Note du montage et de la realisation: 9/10
Note de la musique et de la sonorisation: 7/10

(1970) de Robert Altman 8/10 

Synopsis:
En pleine guerre de Corée au début des années 50, trois chirurgiens brillants et fantaisistes (les capitaines Oeil-de-lynx, Duke et Piègeur) sont mobilisés pour opérer sur le front dans une antenne médicale de l’armée de terre. A peine débarqués, ils se font vite une réputation d'anti-militariste, d'alcolique et de coureur de jupons.
Pour résister aux horreur quotidiennes de la guerre qu'ils tentent de soigner à coup de bistouri, ce trio de dragueurs hostiles à toute forme de hiérarchie organise une vie parallèle et complètement folle à l'intérieur du camp.

Genre:
Urgences burlesques de guerre
Scene:
celles avec Lèvres en feu
Distribution:
    • Acteurs:
      • Donald Sutherland - Capitaine Franklin 'oeil de Lynx' Pierce
      • Elliott Gould - Capitaine John 'Piègeur' McIntyre
      • Tom Skerritt - Capitaine Bedford 'Duke' Forrest
      • Sally Kellerman - Major Margaret 'Lèvres en feu' O'Houlihan
      • Robert Duvall - Major Frank Burns
    • Distribution:
      • Produit par: Ingo Preminger
      • Sortie le: 01/05/1970
      • Pays d'origine: USA (M*A*S*H)
      • Durée: 1h56
    • Autres informations:
      • Ecrit par: Richard Hooker, adapté de sa propre nouvelle
      • A noter: A été apdaté en série télé de 1972 à 1979. Seul le personnage de 'Radar' a été joué par le même acteur. Les initiales M.A.S.H. (MASH) signifient "Mobile Army Surgical Hospital". Il s'agit du nom de l'hôpital chirurgical de l'armée américaine en campagne.
Site Web:
Lien ImdB:
Critique:

"Attention, attention, vous allez lire une critique sur une des plus grandes satires du cinéma américain...."
Robert Altman a réalisé une comédie de guerre hautement satirique envers la toute puissante et sacro-sainte armée américaine. Il n'épargne personne, du général au simple troufion et tourne non seulement l'armée en dérision, mais aussi le devoir patriotique, la religion, le sexe, la drogue, la vie des américains moyens et s'amuse même sur le thème du suicide. Un tel film aujourd'hui aurait du mal à voir le jour, tant les dénonciations qui y sont faites sont toujours d'actualité.
Les frasques de ces hommes en blouse blanche sans foi ni loi sont des petits bijoux d'humour cynique. Après une mise en place un peu pataude et brouillonne comme le signe souvent Altman avec ses 37 personnes traversant le champ de la caméra, on va de gags en gags potaches qui vous feront de plus en plus rire.
"Attention, attention, l'abus de délires incongrus est nuisible à la santé..."
L'aspect détaché des personnages face à la réalité est paradoxalement attachante. Robert Altman ne montre aucune image de guerre, si ce ne celles des corps opérés dans l'antenne chirurgicale du camp. Le réalisateur met toutefois ci et là une touche tragique, lié à la guerre pour rappeler que ce camp reste très loin du camp de vacances, malgré toute la volonté des 3 personnages principaux. Quoiqu'il en soit, cette joyeuse pagaille est jubilatoire, et la multitude de personnages sont sources de dialogues et scènes anthologiques. Le personnage de "Lèvres en feu" est torride et les petites méchancetés qu'elle subie me donnent à chaque fois le sourire. La scène du micro est sans contexte la scène du film.
"Attention, attention, nous vous rappelons qu'il est interdit de fumer de la marijuana devant votre écran d'ordinateur..."
Face à "Lèvres en feu", il y a le regard lubrique de Donald Sutherland, regard incandescent qui laisse imaginer milles pensées tordues pour s'amuser de ses infirmières. Les fourberies alcoolisés de Tom Skerritt et d'Elliott Gould sont des moments à partager, et les commentaires du personnage de "Radar" et de ses interventions dans le micro (ses "attention, attention") sont à mourir de rire. Un pur moment de bonheur.

"MASH" est un peu un film pour étudiants attardés, comme j'aime (à croire que j'en suis un). Les 3 compères ne sont jamais sortis de leur adolescence et se soucient guère de leurs responsabilités sociales, si ce n'est celle de leur métier: sauver des vies. On devrait revoir ce film plus souvent et s'amuser de tout, même dans les moments difficile, car comme ils le rappellent, le suicide est indolore...
"Attention, attention, cette critique a été faite pour vous donner envie de voir ce film..."


Extrait: Drague à la cantine


Autre(s) film(s) du réalisateur

<< Quand les aigles attaquent | De l'or pour les Braves >>

> Avant 1969 |  1970-1979 |  1980-1989  |  1990-1999 |  2000-2009 |  2010-2019 <