1.Outside de David BOWIE

David BOWIE

1.Outside 1.Outside (1995) ma note 

En 1995, David BOWIE surprend une nouvelle fois de plus son monde en sortant un concept-album futuriste, très loin de ses styles habituels, puisque Outside est fortement teinté de rock industriel et de musique expérimentale. Cet album a eu de quoi décontenancer pas mal de ses fans, d'autant que Bowie le Caméléon en profita pour revoir la plupart de ses classiques à la sauce électro et/ou industrielle pour la tournée (avec Nine Inch Nails en plus). Pour ma part, c'est de loin la meilleure tournée d'un artiste à laquelle j'ai pu assister. C'est à mes yeux sa période la plus riche et la plus travaillée. La réécriture live des morceaux comme "Andy Warhol" ou "The Man who sold the world" en sont le plus bel exemple et je regrette que Bowie n'est pas donné suite à cet album.
Bowie avait en effet annoncé qu'il comptait faire une trilogie, voire plus. La trame de l'album se base sur le journal intime d'un détective, Nathan Adler, hanté par l'une de ses enquêtes. Inspecteur au sein de la division spéciale Art-Crime, une équipe luttant contre une nouvelle déviance artistique utilisant le meurtre comme une forme d'art, l'histoire remonte le fil décousu de cette enquête sur le meurtre de la jeune Baby Blue Grace.

Musicalement, Brian Eno et Bowie nous rappellent leur époque berlinoise mais de façon plus apocalyptique. Ils nous plongent dans une atmosphère crépusculaire, avec des intros et interludes (segue) aux sonorités étranges, en y incluant des extraits du journal du détective. Les deux compositeurs accentuent cette texture post-industrielle en jouant sur un antagonisme marqué dans les compositions, en mêlant des styles opposés: le jazz face au rock industriel, sa voix de crooner sur de la dark-wave, et même de la pop face au métal.
Cette ambiance glauque nous rappelle forcément le film "Seven" paru un peu plus tôt au cinéma (dont le single "Heart's filthy lesson" fait partie de la bande son) du fait que Bowie joue sur ces antagonismes pour rappeler cette décrépitude ambiante dans laquelle évolue le détective. Outre "Seven", l'album dégage la moiteur étouffante d'un univers digne de "Bladerunner", mêlé à l'anachronisme paranoïaque d'un "Ubik" de Philip K. Dick, d'un cybernétique "Neuromancien" de William Gibson, le tout plongé dans l'univers déjanté et opiacé du "Festin nu" de William Burroughs.
Étrangement, les seules chansons qui s'élèvent et qui sont de toute beauté sont celles où Brian Eno n'a pas participé. La chanson "Outside" en ouverture est d'une beauté aérienne sidérale: je m'envole à chaque fois que j'entends les notes de piano de Mike Garson repris ensuite par la guitare de Reeves Gabrels. Les 2 autres chansons "Thru these Architects Eyes" et "Strangers when we meet" sont elles aussi dans la pure veine d'un Thin White Duke nous aveuglant de toute sa classe.
Et d'un autre côté, il y a cette noirceur et cette violence du rock industriel qui me comblent de bonheur. Ce "Hallo Spaceboy" empiète sur le métal industriel de Nine Inch Nails (et aux chiottes la version édulcoré des Pet Shop Boys). Et là, on peut comprendre que les fans du début n'arrivent pas à suivre, tout comme sur ce "We prick you", encore plus percutant sur scène, comme le sera "Afraid of Americans" paru sur l'album suivant, qui semble d'ailleurs le seul morceau qui fait suite à ce génial concept album.

Pour conclure, Bowie nous offre un voyage comme il ne l'a jamais fait et c'est de loin son album que je préfère, car il est vraiment à part, et le plus proche de mes aspirations musicales: complexe, torturé et joué par des musiciens hors pair!

Informations sur l'album:

  • La Track-list:
    1. Leon Takes Us Outside – 1:25
    2. Outside – 4:04
    3. The Hearts Filthy Lesson – 4:57
    4. A Small Plot of Land – 6:34
    5. (Segue) – Baby Grace (A Horrid Cassette) – 1:39
    6. Hallo Spaceboy – 5:14
    7. The Motel – 6:49
    8. I Have Not Been to Oxford Town – 3:47
    9. No Control – 4:33
    10. (Segue) – Algeria Touchschriek – 2:03
    11. The Voyeur of Utter Destruction (as Beauty) – 4:21
    12. (Segue) – Ramona A. Stone / I Am With Name – 4:01
    13. Wishful Beginnings – 5:08
    14. We Prick You – 4:33
    15. (Segue) – Nathan Adler – 1:00
    16. I'm Deranged – 4:31
    17. Thru' These Architect's Eyes – 4:22
    18. (Segue) – Nathan Adler – 0:28
    19. Strangers When We Meet – 5:07
  • Informations:
    • Sortie le: 26 septembre 1995
    • Produit par: David Bowie, Brian Eno et David Richards
    • Sur le label: Virgin
  • Genre: Pop-Rock industriel
  • Site officiel: http://www.davidbowie.com
  • Spotify : 1.Outside
  • Le meilleur titre: Outside
  • Extrait en écoute:

... Vae Victis  << >>  Night Song ...

revue de mes meilleurs albums par dcennies:
1970 | 1980 | 1990 | 2000 | 2010 | 2020 }

-- ou --

revue de mes albums chroniqués ces dernières années:

< | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 | 2020 | 2021 |  }

Découvrez également: