Journey - Eclipse

Hier je vous présentais le tout dernier YES, je vous propose aujourd'hui un autre grand groupe des années 70/80.
Un groupe bien plus commercial qui marqua de son empreinte le son des radios US et qui vendirent plus de 80 millions de disques vendus de par le monde, je veux bien sûr parler de JOURNEY.

Ecl1p53JOURNEY - Eclipse ma note

Tout comme pour Yes, ne vous attendez pas à entendre la voix de Steve Perry. Non, malgré le revival de Journey grâce à la série musicale GLEE, Steve Perry n'est pas revenu et le maître à penser de Journey, Neal Schon, a fait appel à un chanteur philippin, Arnel Pineda, spécialiste des covers des années 70/80 avec son groupe "The Zoo" pour prendre la place de "The Voice".
C'est à croire que c'est la mode pour les vieux groupes: au lieu de chercher et d'adapter ses morceaux à un nouveau timbre de voix: il suffit de prendre parmi les (jeunes) groupes fans le chanteur à la voix la plus proche, chanteur qui se fera un plaisir de jouer pour pas cher!
Et la voix d'Arnel est très bien. Et je me suis fait avoir, j'ai bien cru que Steve Perry était de retour, mais c'est quand j'ai reçu ma galette que j'ai compris mon erreur (voici l'une des raisons principales pourquoi je continue d'acheter des disques).

Pour revenir au disque, je dois avouer qu'à la première écoute, je n'avais trop accroché, à part sur le premier morceau, assez accrocheur. Mais à la deuxième écoute, je me suis laissé prendre par les solos de Neal Schon, qui sont bien plus mis en avant que par le passé. Il fait parti de mes guitaristes favoris qui a ce petit plus qui donne envie de faire de la "Air Guitar", sans que les morceaux soient sur des rythmes super-speed.
Même si quelques morceaux sont un peu faibles (She's a Mystery), l'ambiance de l'album est classieux. Les refrains sont superbement bien construits et le feeling de la guitare de Neal Schon reste intemporel; on retrouve ce que nous aimions dans le grand Journey des années 80 mais avec une évolution technique et progressive plus intéressante, comme le morceau "Venus", avec ses solos de guitares sans fin qui s'entremêlent.

Bref, cette éclipse pourrait presque masquer l'absence de Steve Perry. C'est un bon album qui m'a presque donner envie de les revoir sur scène ce 7 juillet, qui aura en plus comme première partie un autre grand groupe des années 80: Foreigner...
Tout un programme!

La track-list

  1. City of Hope
  2. Edge of the Moment
  3. Chain of Love
  4. Tantra
  5. Anything is Possible
  6. Resonate
  7. She's a Mystery
  8. Human Feel
  9. Ritual
  10. To Whom It May Concern
  11. Someone
  12. Venus

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/466

Fil des commentaires de ce billet