The Humans & Sky Architect

Voici 2 albums découverts en ce mois d'août pluvieux: un projet tournant autour de Robert Fripp: The Humans; et la révélation rock progressif de l'année: Sky Architect, un jeune et talentueux groupe provenant des Pays-Bas, à découvrir de toute urgence!!!

 

the humans

SKY ARCHITECTSKY ARCHITECT - Excavations of the Mind

Attention, alors là, gros coup de cœur pour ce jeune groupe hollandais!
Sky Architect, ce sont 4 étudiants de la Pop Academy (CODARTS) de Rotterdam qui ont décidés de mener leur projet musical jusqu'au bout; à savoir faire du rock progressif. Fortement teinté de jazz-rock et des arrangements grandiloquents de la grande époque, ces 4 jeunots ne tombent pas dans le piège du pompeux (comme le fait Flower King) mais nous offre un vent de fraîcheur dans ce style ambitieux.

Ouvrant par un opus d'une vingtaine de minutes, Sky Architect prend le taureau par les cornes: ils s'attaquent à un style connu d'avance et nous séduisent dès le riff de guitare servant de témoin à ce long morceau. Entre ambiance jazz et style technique, on reconnait de facto l'appartenance au style et aux influences (King Crimson, Beardfish, Van Der Graaf, Genesis, etc.) sans toutefois mettre une étiquette de copie. La deuxième partie de "The grey Legend" en est la plus belle expression avec ce clavier vintage se mariant à merveille avec la guitare, un son tellement déjà entendu et pourtant si innovant dans sa réalisation.

En un seul album, Sky Architect impose donc son style et sa marque sur le monde du rock prog. De plus, pour enfoncer le clou, ils ont fait appel à Mark Wilkison, graphiste de Marillion puis de Fish, pour illustrer leur pochette.

Quoi d'autres à ajouter si ce n'est que vous devez absolument vous procurer cet album si vous vous considérer comme un vrai amateur de rock progressif!

La track-list

  1. Deep Chasm (19:14)
    Pt 1: Charter
    Pt 2: Chime
    Pt 3: Changeling
    Pt 4: Chasm
  2. The Grey Legend (12:11)
  3. Russian Wisdom (5:09)
  4. Excavations Of The Mind (11:46)
  5. Gyrocopter (3:00)

Quelques liens:

 

The Humans - We are the humansTHE HUMANS - We are the humans

La dernière fois que Monsieur et Madame Fripp avaient pleinement collaborés ensemble en studio, c'était sur l'excellent "Sunday All Over The World" qui fut à l'époque les prémisses du renouveau King Crimson des années 90. Là, attention, ce n'est pas le projet de Robert Fripp mais bien celui de madame, à savoir la chanteuse Toyah. Bien entendu, Robert Fripp y participe, mais sur seulement un tiers des morceaux.
Le projet vient de la rencontre de Toyah avec l'ancien batteur de Ministry (et de R.E.M), Bill Rieflin, avec lequel Robert Fripp avait collaboré (sur l'album "birth of a giant"). A ce duo s'est venu greffé Chris Wong, guitariste et bassiste de jazz-fusion, puis Robert Fripp en special guest.

A l'écoute du single et du très rythmique morceau "We are the humans", on pourrait croire à un renouveau de SAOTW, mais il n'en ai rien. Le style de l'album est plus contemplatif, et quand le rythme s'accélère, les sonorités sont assez anachroniques, entre un beat des années 80 et le rock des années 2000. Bizarrement, le jeu de batterie de Bill Rieflin est très retenu, voire inexistant sur certains morceaux, bien qu'il participe à l'écriture de tous les morceaux.
Le petit joyau est "Demigod" qui commence doucement avec une rythmique complexe qui monte peu à peu en puissance. Dommage que le morceau n'aboutisse sur un pur moment de rock, mais c'est de loin le morceau le plus hypnotique et le plus représentatif de l'album, bien loin du single facile du tube ultra-connu "These boots are made for walkin'".

La track-list

  1. We are the humans (5:24)
  2. Is it wrong (3:58)
  3. Twisted soul (2:50)
  4. Telekinesis (3:17)
  5. Quicksilver (4:33)
  6. Labyrinth (2:44)
  7. Icarus (4:35)
  8. Noise in your head (3:40)
  9. This belongs to you (5:47)
  10. Demigod (5:16)
  11. These boots are made for walkin' (3:14)

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/434

Fil des commentaires de ce billet