Une soirée au Festival Off d'Avignon avec Gustav Parking

Après la journée passé en Avignon à voir quelques pièces très drôles, j'y suis revenu pour assister au spectacle de ce troubadour géo-trouvetout du XXIème siècle: Gustave Parking!
Fous rire et moments de poésie absurdes garantis avec son dernier spectacle: "De mieux en mieux Pareil!"

Gustav ParkingDe mieux en mieux Pareil ma note

De et avec Gustav Parking

Gustave Parking est un humoriste français car j'apprécie énormément, car il a cette folie dans son regard qui intrigue, une espièglerie partageuse et surtout un formidable don des mots doublé d'une imagination sans fin de transformer n'importe quel objet en gadget hilarant.
Je me souviens encore des années 90 pendant lesquels il avait sorti le concept "entrée gratuite, sortie payante", spectacle fou où parfois il faisait sortir le public pour haranguer d'éventuels nouveaux spectateurs et demander juste à la fin du spectacle une invitation à donner en fonction de son appréciation.

La dernière fois que je l'avais vu justement en Avignon, ce n'était que la sortie qui était payante. Cette année, pour son dernier spectacle, sorte de best-of remis au goût du jour avec quelques nouveaux sketchs, Gustave Parking s'assagit: moins de gadgets, acrobaties et de costumes, mais plus de mots fins, d'émotions et de provocations. Sous ses airs de gentil fou se cache un homme qui veut nous faire partager ses convictions, sur la perdition de la planète mais aussi celle de nos politiques. Ses attaques sont plus acides qu'auparavant, il n'hésite pas à polémiquer avec les autres (lol !).

Comme à chaque fois, un spectacle de Gustave Parking mériterait une deuxième écoute, pour être sûr d'avoir capter tous ses jeux de mots, car c'est sûr que quand il raconte: "Il y a quelques semaines un chasseur m'a ramené une "perdrix d'eau" et depuis à ma fenêtre, cela fait très bien!", Certains rient plus par l'absurdité de la chose que de la beauté du jeu de mots (la paire de rideau). C'était comme ses fameux "Meloko" qu'il aime mangé en Afrique (mets locaux)... Ces citations restent savoureuses et très poétiques, et il nous laisse le temps de réfléchir à ses messages, plus ou moins philosophiques (Je préfère une femme devant qu'un mâle de dos).

Pour conclure son sur spectacle, Gustave Parking s'approche désormais de la soixantaine et prend moins de risque avec ses expériences extraordinaire. Il tient à faire partager ses convictions, son amour pour la langue française et le respect des valeurs morales d'une société égalitaire, car "si la république française est un si gros producteur de céréales, c'est que depuis 2007, elle sait bien que c'est plus facile à faire pousser que des bananes!"
Il sait que son combat est vain, mais il le préfère nettement à l'eau pour pleurer et garder espoir d'un monde meilleur.

Quelques liens:

Une vidéo:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/429

Fil des commentaires de ce billet