Italian Shoes d'Henning Mankell

Henning Mankell book

Après le très beau "Depths", Henning Mankell renoue avec la grande littérature, et nous présente la vie simple d'un homme, isolé du monde et isolé de lui-même, qui rentre à contre coeur, dans le troisième âge...

Résumé: A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

Ma note:
Remarque: lu en anglais

Ma critique:
Henning Mankell confirme qu'il est un vrai romancier, et pas seulement un faiseur de polar. Ses dernières oeuvres (hormis la compilation de nouvelle sur son inspecteur Kurt Wallander) le confirment: "Kennedy's Brain", "Depths" et maintenant "Italian Shoes" explore la vie et les tourments des suédois, de sa Suède profonde, qui semble n'avoir guère changé et qui ne comprend plus le monde qui les entoure.

Henning Mankell continue à travers ce livre de développer son thème de prédilection: la dégradation de la société suédoise et de son fameux "Welfare-state". Et son héros en à la fois son catalyseur et son révélateur: en ayant vécu 12 ans tel un exilé sur son île, qui se retrouve projeté dans la vraie vie, dans le monde moderne, il met en exergue ces changements. Son héros monte en épingle toutes ces petites choses que l'on met facilement sur le dos de la mondialisation mais qui en fait forme un tout et qu'il en est le seul responsable. C'est lui qui a pris (où plutôt s'est effacé devant) toutes ses décisions: sa fuite aux USA dans sa jeunesse, laissant Harriet, sa belle fiancée; son travail perdu, suite à son erreur fatale de jugement, pris sous la pression des restrictions budgétaires; son choix de vivre tel un ermite et de fuir sa propre vie, son propre monde. Henning Mankell développe aussi le thème universel de la comédie humaine; où notre vie est un subtil mélange de choix assumés et de hasards acceptés avec ou sans difficultés. Il nous narre, de façon sobre et intime sa vue sur les relations humaines, la (peur de la) solitude, la lâcheté, la paternité, l'amour, la mort et la rédemption.

Ce livre se lit calmement, dans la froidure de l'hiver, avec cette contemplation de la nature suédoise froide, calme et sauvage, immuable et indomptable. En une page d'introduction, le décor et l'ambiance sont plantés, son personnage se lit à livre ouvert mais nous révèle quelques surprises tout le long du livre. Henning Mankell n'a pas besoin d'en faire des tonnes, ni de développer un suspense "polarisé". Il nous conte l'entrée dans de son héros dans le troisième âge et qu'il est enfin temps qu'il prenne les responsabilités qu'il a fuit durant toute sa vie, avant qu'il ne soit trop tard.

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/397

Fil des commentaires de ce billet