Le dernier cadeau de la Chiraquie aux salariés d'Airbus

Cela fait tout juste un mois que le summum de la crise d'Airbus est passée, et voici les remouds d'une vague qui était déjà prévue depuis le début, et que personne n'a tenté de calmer: le "golden parachute" de Noël Forgeat.
Déjà le 6 mars dernier (lire ici ), je revendiquais la suppression des stocks options de Noël Forgeat, car c'est une honte d'être parti avec une telle enveloppe, en laissant derrière lui un tel désastre managérial et industriel?
Mais une fois de plus nos politiques ont préféré gèrer l'instant au lieu de prévoir et guérir...

Avant toute chose, quelques rappels:
  • Noël Forgeat: polytechnicien, ingénieur des Mines, chargé de mission en Auvergne puis au Cabinet du Premier ministre Jacques Chirac pendant la cohabitation 1986-1988 comme conseiller industriel. Il y gagne le galon suffisant pour devenir PDG d'EADS, grâce à l'insistence de Jacques Chirac, auprès de Lagardère et des Allemands...
  • Fin mars 2006: Noël Forgeat a vendu 162 000 actions issues de levées de stock options sur ses plans 2002 et 2003, empochant une plus-value de 2,5 millions d'euros.
  • Début Avril 2006: les actionnaires Lagardère et Daimler-Chrysler se délestent à leur tour de plus de 5% de leurs parts d'EADS
  • Debut juin 2006: annonce du retard dans la livraison de l'A380, avec une annonce de retard de 7 sept mois, allongée jusqu'à 2 ans quelques jours plus tard
  • A mi-juin, le titre en Bourse avait chuté de 26%, à mi-juin 2006. La perte engendrée était évaluée à 2 milliards d’euros d'ici 2010. Il a indiqué dans un communiqué que sa démission n'avait « rien à voir ni avec les difficultés opérationnelles d'Airbus dont je n'avais plus la responsabilité depuis un an, ni avec la polémique sur l'exercice de mes stocks options dont (il) rappelle qu'elles ont été exercées dans les règles de déontologie et de droit », en ajoutant qu’il « avait pris cette décision dans l'intérêt de l'entreprise, pour mettre fin à une situation qui pouvait compromettre le règlement des difficultés actuelles ».
  • Début juillet 2006: Noël Forgeat tire sa révérence et laisse la place à Louis Gallois
  • 111 Avril 2007: annonce des versemments du solde des Stock-options pour Noël Forgeat: 8.5 millions d'Euros
Bref, si vous lisez bien, Noël Forgeat en 1 an, a gagné plus de 10 millions d'Euros en étant totalement incompétent sur le sujet.
Comme je le disais le mois dernier (lire ici ), je suis loin d'être un révolutionnaire, mais je finirais par regretter Action Directe qui savait mettre un peu la pression sur les abus de nos politiques...
Et je finirais également à regretter l'époque de Mitterand, où les hommes d'affaires et politiques pris la main dans le sac se suicidaient pour moins que ça!!!