samedi 28 décembre 2013

Palmares 2013

Palmares 2013Petit retour sur cette année

Comme chaque année, je reliste mes petits bonheurs culturels et médiatiques; et malgré la morosité économique, ce fût pour ma part une année excellente d'un point de vue musique!



Albums de l'année 2013

Alors là, des baffes, des surprises, des baisers et des putains de petits plaisirs, avec tout en haut du panier l'ovni musical de l'année: 6:33 & Arno STROBL.

ANATHEMA  Steven WILSON  David SHAW & The BEAT
  1. 6:33 & Arno STROBL - The Stench From The Swelling (a true story)
  2. Steven WILSON - The Raven That Refused To Sing
  3. David SHAW & The BEAT - So it goes
  4. FISH - A Feast of consequences
  5. HAKEN - The Mountain
  6. SHINING - One One One
  7. AMPLIFIER - Echo Street
  8. SEMANTIC SATURATION - Solipsistic
  9. KINGCROW - In crescendo
  10. MINOTAUR PROJECT - Echo Mirage

Mentions Spéciales: (Albums loupés les années précédentes)

  1. SHINING - BlackJazz (2010); certainement l'ovni musical de la décennie
  2. DARK SUNS - Orange (2011); un rock-prg hippy

Livres de l'année 2013

Et bien cette année, j'ai nettement moins lu que d'habitude, d'une part à cause du boulot où il faut rattrapper les activités les Week-ends, et d'autre part, à cette satanée saloperie de Candy Crush et autres jeux à la con sur ma tablette...
Bref, cette année, place à un petit français qui m'a bien surpris: Bernard Minier.

  1. Bernard MINIER - Glacé
  2. Michael CONNELLY - The Black Box
  3. Robert WILSON - Capital Punishment
  4. Irvine WELSH - Skagboys
  5. mark BILLINGHAM - Rush of Blood
  6. Chuck PALAHNIUK - Damned
  7. Olen STEINHAUER - L'issue

Films de l'année 2013

Cette année, pas de coup de coeur, si ce n'est quelques déceptions. Evidemment, je place Gravity en tête pour ce magnifique tour de force visuel, juste devant Quentin Tarantino et son Django déchainé.
La surprise vient d'un des réalisateurs que je trouve mauvais: Gore Verbinski, qui signe avec son "Lone Ranger" un amusant Western rappelant quelques grands films de l'époque.

  1. GRAVITY de Alfonso Cuarón
  2. DJANGO UNCHAINED de Quentin Tarantino
  3. ELYSIUM de Neill Blomkamp
  4. WORLD WAR Z de Marc Forster
  5. LONE RANGER de Gore Verbinski
  6. LES AMES VAGABONDES d'Andrew Niccol
  7. LES AMANTS PASSAGERS de Pedro Alomodovar
  8. THE PLACE BEYOND THE PINES de Derek Cianfrance
  9. ZERO DARK THIRTY de Kathryn Bigelow

Autres évènements de l'année

  • Les hommes de l'année: Et bien toujours nos chers journalistes, qui n'ont décidement aucune mémoire, et ne savent plus chercher l'info. Ils préfèrent récolter l'opinion de la ménagère de 50 ans (ou de l'enfant de 6 ans) au lieu d'enquêter et de chercher la vérité.
  • Les hommes de l'année: Et mention spéciales aux patrons "financiers", qui oublient que la valeur humaine est notre plus grande richesse.
  • La série Télé: BREAKING BAD; avec une 5eme saison renversante
  • Concert: SHINING!!! Ce fût court, mais putain qu'ils sont excellents ces norvégiens.
  • L'objet:mon VTT électrique.

jeudi 25 juillet 2013

Irvine WELSH - Skagboys

SkagBoysJe me suis replongé dans l'univers de Trainspotting avec ce délirant préquel d'Irvine Welsh: Skagboys. Le plus dur est de se remettre à l'écossais... Ah dinnae ken fur how long I'll stay oan this wee farking book...

Résumé:
Au début des années 80, en cette période difficile où Margaret Thatcher met un frein radical à tout support d'activités économiques non rentables, le futur des jeunes anglais s'assombrie. En Ecosse, les jeunes Mark Renton et son copain Simon, alias Sick Boy, ne se font guère d'illusion sur leur avenir. Puisque leur avenir est déjà perdu et que l'Etat ne fera rien pour eux, pourquoi ne pas profiter de la vie à la recherche de toute sorte d'expériences, en attendant qu'un avenir radiant vienne à eux.
Au travers de ces 2 personnages clés du roman (et film) Trainspotting, Irvine Welsch nous offre un pré-quel à son fameux best-seller, nous narrant les premiers pas de Rento, Sick Boy, Begbie, Spud, Alison et quelques autres dans les affres de la drogue dure.

Ma note: ma note

Remarque: lu en anglais et en écossais

Ma critique:

Lire la suite...

dimanche 21 août 2011

Irvine WELSH - Ecstasy

Ecstasy Cela fait plus d'une bonne demi-douzaine d'années que je n'avais pas lu un livre d'Irvine WELSH, époque où j'avais lu dans la foulée les délirants 'Trainspotting" et sa suite 'Porno'. Et en retrouvant le livre planqué dans mon étagère, je me suis donc laissé tenter par cette série de nouvelles stupéfiantes, comme leurs noms l'indiquent.

Résumé:
Quel point en commun entre la reine des romans à l'eau-de-rose et un animateur de télé locale nécrophile? Celui entre une fille sans bras, un hooligan et un cadre supérieur d'une multinationale? Et enfin, entre un trentenaire ne vivant que pour les week-ends et une femme voulant changer de vie?
Et bien, c'est qu'il s'agit de trois romances, sous l'emprise de l'Ectasy, en version Trash, comme c'est si bien le faire Irvine Welsh.

Ma note: ma note

Remarque: lu en anglais, écossais et cockney!

Lire la suite...

samedi 10 juillet 2010

Pygmy de Chuck Palahniuk

Pygmy La coupe du monde se termine et je peux reprendre un peu le cours de mes activités normales (dont mon blog). J'ai pu terminé cette énième facétie de Chuck Palahniuk, qui nous livre le premier roman picaresque du XXIème siècle, avec un délire anti-capitaliste à la Fight Club; et fortement influencé par le style phonétique d'Irvine Welsh.

Résumé:
Pygmy et ses camarades débarquent dans une modeste ville du Middle-Ouest américain pour un séjour linguistique. Ces jeunes que des familles accueillent comme de gentils petits écoliers viennent en réalité d'un mystérieux pays totalitaire, dans lequel ils ont été formés à toute forme de technique de combat, d'espionnage et de sabotage.
Sur fond d'échanges culturels, ces jeunes ados sectaires décryptent "l'American way of life" pour mieux infiltrer le pays et nous dévoilent peu à peu dans leur rapport secret, leur intention de mettre en oeuvre une action terroriste sans précédent.
Mais face à cet Amérique inculte et corrompue jusqu'à la moelle; leur haine indéfectible envers la société capitaliste suffira-t-elle? En effet, l'ignorance dans laquelle baigne ces familles américaines ne serait-elle pas source du vrai bonheur?

Ma note:

Ma critique:

Lire la suite...