Carmen Mola - La Red Púrpura

Carmen MOLA - La red púrpura Ayant découvert le meurtrier de la fiancée gitane, l'inspectrice Elena Blanco et son équipe sont tombés sur une multitude de snuff-movies, dont la plupart semblent liés au réseau pourpre, une communauté d'adeptes de l'ultra-violence qui agissent dans le dark-web.

Toute la brigade est alors focalisée pour démanteler ce réseau, qui semble agir de plus belle comme la diffusion d'une torture en direct.
Malgré tous les efforts de l'équipe, il semble que le réseau est protégé par une multitdude de pare-feux: et pas seulement informatique. Chaque piste ou témoins qu'ils appréhendent semblent de nouveau un obstacle qui les envoient dans une impasse ou un nouveau dédale.

En parallèle, Elena a reçu la preuve que son fils, kidnappé quelques années auparavant, est toujours bien vivant. Mais cette preuve de vie pourrait être un parefeu psychologique, pouvant tromper la vigilance et l'acuité d'Elena Blanco sur la résolution de son enquête...

Remarque: lu en espagnol
Titre français: le réseau pourpre
Ma note: ma note
Ma critique:...

C'est le deuxième volet de la trilogie des enquêtes d'Elena Blanco après "La fiancée Gitane" et ce "réseau pourpre" commence pied au plancher!
Avant toute chose, il est impératif d'avoir lu la précédente enquête avant d'entamer celle-ci, et par ailleurs, ne lisez pas la suite de ma chronique, car elle révèle forcément des points énigmatiques de "La fiancée Gitane". Ce livre commence donc par le meurtre abominable d'une jeune fille, torturée à mort, et dont la mise en scène macabre est diffusée en direct dans le dark-web. Pour accentuer l'horreur aux supplices infligés à la jeune fille, l'auteure joue sur le suspense interposé, où on ose croire que ce crime, dont nous sommes témoins par écrans (et pages) interposés, va pouvoir être interrompu à temps, par l'équipe de choc mené par l'inspectrice Elena Blanco, qui remonte peu à peu sur la piste de l'émetteur du lien. Tout d'abord en faisant irruption dans la villa d'une famille madrilène de la classe moyenne pour se ruer dans la chambre du fils et de son PC ayant un lien sécurisé direct vers les odieux criminels, puis en essayant de tracer l'origine du lien aux fins fonds de l'Espagne. Mais la remontée de la trace débouche finalement sur une impasse et sur la mort atroce de le jeune fille.
Malgré cet échec, la brigade de choc est d'autant plus motivée à découvrir les instigateurs et responsables de ce réseau.

Cette deuxième enquête nous mène donc dans les méandres du dark web et de ses sulfureux «snuff movies» avec la mise en lumière du réseau pourpre, un réseau organisé de pervers, assoiffés de sang et de violence. La découverte de ce réseau est d'abord un dédale, et l'auteure s'égare un peu en nous faisant croire que son équipe va pouvoir infiltrer une des branches de ce réseau aussi facilement que cela.
En fait, les auteurs (ils sont trois écrivains derrière le pseudonyme de Carmen Mola), se jouent de nous et nous font croire à bien des choses, avec de multiples rebondissements. On est mené en bateau, captivé par cette rocambolesque enquête, avec notamment, la quête interne de l'inspectrice.

Elena Blanco n'a jamais fait le deuil de la disparition de son fils, et comme on l'a découvert à la fin du premier livre (spoiler!), elle a bien fait d'y croire, mais on découvre bien vite que son fils s'est fait embrigader par ce réseau de pervers et qu'il n'est plus une victime, sinon un des acteurs clés de ce réseau. Sa crainte et son aveuglement à vouloir le protéger, le croire innocent et simple victime vient apporter un contre-coup émotionnel et psychologique encore plus fort. On garde le souffle court jusqu'aux dernières pages pour savoir si Elena va pouvoir retrouver son fils, et savoir qui sont tous ces salauds qui se cachent derrière le réseau.

Au final, ce deuxième tome est bien plus choc et captivant que le premier, mais par certains aspects, il est un peu trop sensationnel, voire invraisemblable par moment (la couverture de Zarate en joueur de Poker, la Finca à l'autre bout de l'Espagne dans le fin fonds de l'Andalousie, à bien 5H de route de Madrid, etc.). Il manque un petit quelque chose pour en faire un Thriller parfait.
Quoiqu'il en soit, je suis ravi d'attaquer d'arrache pied le troisième tome, "la Nena", pour savoir la suite et la fin de l'histoire d'Elena Blanco.

Références

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/715

Fil des commentaires de ce billet