The Law of Innocence de Michael Connelly

Michael Connelly revient vers son avocat fétiche, Mickey Haller, en le malmenant en le mettant en prison.
Intrigue:...A la suite d'un contrôle de routine, un cadavre est découvert dans le coffre de la limousine de Mickey Haller, le célèbre avocat californien.
La victime est l'un de ses anciens clients et l'enquête démontre vite qu'il a été tué dans le garage de l'avocat. Très vite, Mickey Haller se retrouve inculpé et envoyé en prison.

Se sachant innocent, Mickey Haller décide de se défendre par lui-même et réunit son équipe de choc. L'ennui, c'est que le département de la Justice lui complique la vie avec d'une part, une caution hors de prix (5 Millions), et de l'autre, certains ont décidé de lui faire payer son passif à avoir fait libéré ou acquitté des personnes qui étaient de vrais criminels.

S'il veut sortir de prison et regagner ses lettres de noblesse auprès de ses pairs, et de ses clients: l'acquittement n'est pas une option.
Pour prouver son innocence, il faut qu'il trouve le coupable, quoiqu'il en coute…
Ma note: ma note
Publié: fin 2020
Remarque: lu en anglais
Ma critique:…

Cela faisait longtemps que Michael Connelly n'était pas revenu sur les intrigues judiciaires avec son avocat fétiche: Mickey Haller. Mais du fait que l'auteur fait souvent intervenir ses personnages récurrents en "guest-stars" dans ses livres, on ne perd pas trop le fil de leurs histoires. Bref, on sait que l'avocat est le demi-frère d'Harry Bosch, qu'il utilise sa limousine comme bureau, d'où son surnom de "Lincoln Lawyer", et enfin, que c'est un vrai renard des tribunaux, cachant son jeu et capable de renverser une situation inespéré.

Et l'auteur américain le met dans une situation bien compliquée: en prison, et avec une magistrat tête de mule qui rêve de se faire l'avocat. L'intrigue commence donc pied au plancher avec la découverte du cadavre dans le coffre de la Lincoln de l'avocat, et une mise en inculpation dès le lendemain suite à la découverte du lieu du crime: son garage. De là, c'est la découverte de l'univers carcéral (ou pré-carcéral du centre pénitencier des Twin Towers de Los Angeles). Comme le rappelle les films et séries américaines, les prisons sont bien un endroit insécures, mais c'est surtout l'endroit le plus inégalitaires où il est impossible pour inculpé de se défendre seul… Michael Connelly n'en fait pas trop, il montre juste les incohérences du systèmes qui coûtent au final plus cher aux innocents qu'aux vrais criminels. Comme quoi, la justice, c'est comme l'hôpital, il faut tout faire pour l'éviter!

L'autre thème fétiche de l'auteur est de décrire les joutes entre l'accusation et la défense, et les artifices qu'ils ont à leurs disposition pour arriver à leurs fins: démonter les arguments de l'autre. C'est une joute fort plaisante même si on voit que le jeu est un peu biaisé.
En effet, même si m'intrigue général et le rythme ont beau être rudement mené, on voit bien que cela ne tient pas trop la route: les flics et la magistrat sont sûrs de leurs coups, alors que tous constatent des incohérences dans l'enquête elle-même. Et de l'autre, les atouts que cachent l'avocat à la limousine sont juste "un peu trop bien vu". On se fait donc plaisir à voir comment Mickey Haller déjouent les trappes et les pièges qu'on lui tend. Mais bon, je trouve que la magistrat "tête de mule" a quand même quelques œillères et ne se pose jamais la question d'une éventuelle innocence de l'accusé. Elle prend tout au premier degré et on a du mal à comprendre ce manque de professionnalisme; surtout si la défense arrive à prouver que le dossier a été "à charge". Au milieu de cette joute, la juge se retrouve également un peu trop clémente dans la gestion des conflits: elle ne prend qu'une vraie décision contre l'avocat, le mettant à mal et risquant de lui faire perdre son procès. On aurait donc préféré un représentant de la justice plus enclin à suivre son magistrat, compliquant le travail de l'accusé.

Malgré ces imperfections et cette mise en prison "un peu trop facile", le livre se dévore en une traite. On veut savoir qui est l'assassin. Comme le coupable a de forte chances d'être un ancien client de l'avocat, l'auteur nous renvoie 10 ans plus tôt avec son polar le "Cinquième Témoin" / "The Fifth Witness" (2011). Fort heureusement, il résume bien l'histoire, mais en deux temps pour la mise en place d'un excellent twist!
Au final, c'est donc plaisant à lire, le suspense est efficace, c'est juste dommage que les flics et la magistrate soient un peu trop crédules, rendant ce thriller juridique pas très crédible. Et puis on aurait sans doute aimer le soupçon d'un doute sur l'innocence de l'avocat...

Références

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/699

Fil des commentaires de ce billet