Stuart Macbride - The bone suite

Stuart MacBride - Shatter the BonesStuart MacBride - Close to the Bone Pour finir un été de lecture (8 livres!), je continue dans la série des péripéties de l'inspecteur McRae créé par le truculent Stuart MacBride avec ce coup-ci 2 de ses livres: "Shatter The Bones" et "Close to the Bone".

Les 2 livres se suivent et ont en commun l'impact des médias sur la société écossaise. D'un côté le pouvoir de la Real-TV et de l'autre côté le cinéma. Et au milieu, quelques jeunes décérébrés qui comment des crimes bien saignants comme je les aime.

Ajoutez-y l'humour noir férocement drôle de l'auteur écossais, une multitude de personnages secondaires tout autant attachant que l'inspecteur Logan McRae et je suis aux anges.

Vivement la suite!

Shatter The Bones

Intrigue:
La chanteuse vedette d'une émission de radio-crochet (mode The Voice) se fait enlever avec sa fille. Les kidnappeurs promettent de les tuer dans les 15 jours si les média ne collectent pas assez de fonds. Toute la police d'Aberdeen est aux aguets, et en mal de pistes crédibles.
Pour preuve de leur détermination, les kidnappeurs envoient le gros orteil de la petite fille. La direction de la police d'Aberdeen demande à l'inspecteur Logan McRae de revalider toutes les pistes déjà ouvertes par ses collègues et dénicher la moindre piste. Publié en: 2011
Remarque: lu en anglais
Ma critique:

Ce sont les septièmes aventures de l'inspecteur Logan McRae et il continue d'espérer de monter en grade, mais sa supérieure hiérarchique fait tout pour qu'il reste sous ses ordres. Dans cette nouvelle enquête, toute la police d'Aberdeen est mise sous pression du fait de l'effet médiatique du kidnapping. Le livre commence fort avec une course-poursuite à la "Die hard 3" où au final, l'inspecteur comprend qu'ils se font mener en bateau. Et ils vont être mené par le bout du nez jusqu'au bout. Et il n'y a pas qu'eux qui sont éconduits. L'auteur s'amuse avec son lecteur en nous disant très peu sur les kidnappeurs. L'épisode de l'orteil est succulent, bien gore comme il faut et les remarques des légistes sont fort drôles.
La force du livre, comme souvent avec Stuart Mcbride, c'est de donner vie à toute l'équipe. Il n'y a pas que l'inspecteur Logan McRae et sa facétieuse chef Roberta Steel; tout le reste de l'équipe a son importance et ce sont ces interactions, ces petites remarques, ces non-dits, ces petites incompétences qui donnent vie au roman et apporte une épice délicieuse sur le suivi de l'enquête.
Enfin, il y a le couple Samantha / Logan qui va connaître une chute mémorable et c'est peu de le dire. Ce n'est sans doute pas le meilleur de la série de McRae mais cela reste un vrai plaisir de parcourir cette aventure.

 

Close to the Bone

Intrigue:
Dans la banlieue d'Aberdeen, à deux pas du tournage d'un film à sensation, le cadavre fumant d'une victime est retrouvé dans une usine désaffectée: ligoté, poignardé, étranglé et le buste coincé dans un pneu en feu. Est-ce la marque de fabrique d'un nouveau gang, d'un crime satanique ou bien est-ce lié au film qui est tourné à deux pas de là?
La police d'Aberdeen est persuadé de la première piste, vu que les tensions sont ravivées en ce moment. En parallèle, l'inspecteur Logan McRae découvre des osselets sur le seuil de sa porte, mais n'en fait guère attention, dépassé par une tonne de petites affaires, de la paperasserie à n'en plus finir et la gestion d'une nouvelle recrue, un peu trop zélée à son gout.
La découverte d'un nouveau cadavre dans dans une mise en scène assez morbide rappelle à l'inspecteur McRae le sujet même du film: la chasse de sorcière. Et si ces 2 crimes étaient liés et l’œuvre d'un serial-killer copycat? L'ennui, c'est que l'inspecteur est débordé et n'a pas le temps de relier toutes ces affaires, encore moins de comprendre que les osselets qui tombent sur son seuil proviennent d'un squelette posé sur son toit.
Non, la police d'Aberdeen n'a encore rien vu du scénario dantesque dans lequel ses détectives vont être plongés!

Ma note: ma note
Publié en: 2013
Remarque: lu en anglais
Ma critique:

C'est mon huitième livre Après l'inspiration de la Real-TV et de ses émissions de radio-crochet dans son précédent livre (Shatter The Bones), Stuart MacBride s'attaque au cinéma, en s'inspirant des sagas ésotériques du genre "Twilight", à la différence qu'il s'agit là du thème des sorcières, du satanisme et de la magie noire. Et quand on connait l'humour noir de l'écossais et sa tendance à imaginer des scènes de crimes particulièrement saignantes ou délicieusement grotesques, on se dit qu'avec ce "Close to the Bone", ca va trancher sec!

Et ca va fort en effet. L'auteur reprend un peu le thème de l'impact des média sur les gens et comment cela perturbe leur réalité. Les deux livres sont intimement liés. D'une part par ce thème de l'influence néfaste des médias, mais aussi par les histoires que traversent Logan McRae et ses collègues. En premier lieu avec Samantha où l'on découvre la triste vérité très tardivement dans le livre. En second lieu avec l'odieuse Roberta Steel, une chef comme on ne voudrait surtout pas avoir mais ses facéties sont tellement drôles que c'est un plaisir de la voir vociférer pour un rien. Enfin, Rennie, qui continue de se poser la question s'il part ou pas.

L'une des qualités des romans de Stuart Macbride est de jouer sur les forces et les travers du travail en équipe. Malgré un management terrible et un métier soumis à une forte pression avec très peu de réconfort, il y a cette "joie de vivre" dans ce groupe. C'est un peu comme une famille. Steel a beau être insupportable, Rennie a beau avoir quelques cases de déductions en moins, et Logan en manque de confiance en lui, ils s'apprécient et font avec leurs défauts et qualités. L'arrivée de la jeune fliquette en est la preuve. Elle crée de la tension et de la jalousie.

Concernant l'enquête, ou plutôt les enquêtes, elles sont brillamment imbriquées et on voit mal leurs interactions. Et pourtant il y en a. Et comme la police d'Aberdeen est un peu comme une grande famille, il y a des choses qui ne se disent pas, et surtout l'essentiel. Tous ces petits mots et actes manqués qui pourraient aider les autres à boucler leur enquête plus vite. C'est délicieusement drôle et parfois caustique.
Même si le final est un peu trop hollywoodien, ce "Close to the bone" est l'un des meilleurs de Stuart Mcbride.

Références

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/692

Fil des commentaires de ce billet