Michael CONNELLY - The wrong side of goodbye

MichaelConnelly_Wrong-Goodbye.jpg

Résumé:
Harry Bosch occupe sa retraite en travaillant à mi-temps pour le compte du commissariat de San Fernando, toute petite bourgade de la mégalopole de Los Angeles, et pour son compte pour ses affaires de détective privé.
Alors qu'il est sur la trace d'un violeur en série sur San Fernando, il reçoit une étrange demande d'un vieux milliardaire, désirant que Harry retrouve son premier amour de jeunesse.

Le vieil homme est hanté par l'abandon forcé de cette jeune mexicaine qu'il a mis enceinte 50 ans plus tôt, alors qu'il était étudiant et un avenir tout tracé...
Harry Bosch accepte avec réticence mais face à la découverte que la jeune Vilbiana a donné naissance à un héritier, qui est né dans la même hospice qu'Harry, l'inspecteur est rappelé à ses souvenir d'enfence et souhaite apporter la fortune à cette progéniture oubliée...

Ma note: ma note
Remarque: lu en anglais
Ma critique:

L'intrigue rappelle curieusement "The last Coyote", racontant l'enquête d'Harry Bosch sur l'assassinat de sa mère. En effet, les premières pages de l'enquête sont empreints d'une certaine nostalgie, expliquant ainsi la motivation de l'enquêteur sur cette recherche improbable. Il y a un fil conducteur où il découvre vite que le jeune enfant, issu d'une très jeune mère, abandonné à la fois par son amant et ses parents, se sentant déshonorés, est un peu comme lui. Ils ont vécu la même histoire et ce jeune garçon avait encore moins de chance de lui pour s'en sortir.

La quête d'Harry est donc d'abord une affaire de coeur, puis devient une affaire d'honneur. Avec la pression coninue des collaborateurs du vieux milliardaire et ce malgré l'annonce de la mort du vieil homme, Harry est décidé de retrouver les traces de cet enfant disparu, quels que soient les conséquence.

Tout comme dans "The Last Coyote", l'enquête décalée de 50 ans d'âge semble des plus crédibles, même si j'ai du mal à imaginé que la mégalopole de Los Angeles ait si peu évolué (c'est en peu comme si les bidonvilles de Nanterre des années 60 étaient toujours là) mais j'ose espérer que Michael Connelly a pris les quartiers qui ont peu évolué... La première étape de validation du garçon est fort rapide, ensuite vient ce lien invisible qui rattrappe le taciturne Harry, bien décidé à le retrouver et lui annoncer sa bonne fortune.

La premier effet de tiroir vient en fait de l'annonce de la mort du milliardaire. Désolé pour cette annonce mais vu que cette mystérieuse disparition arrive avant la premier quart du livre, ce n'est pas vous gâcher le plaisir de connaître la suite. Et la suite vaut la peine d'être lue.
D'une part, la piste du serial-violeur se confirme et se complique. D'autre part, les enjeux sur la fortune du vieil homme se décuplent. Enfin, la piste du garçon débouche sur une nouvelle impasse, avec une toute nouvelle issue qui rappelle la lumière morte d'un tunnel (les amateurs apprécieront!).

Le dernier tiers s'emballe, se complique et on craint pour Harry Bosch, ainsi que la descendance du vieil homme.
Bref, Michael Connelly maîtrise son homme, et à partir du thème éculé de l'enquête sur un héritage douteux nous emmènent par monts et par vaux et nous détournent d'une vérité toute simple: Everybody counts or nobody counts..
Et Harry compte beaucoup pour moi pour passer un bon moment à lire un polar cousu de fil invisible...

Quelques liens:

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/623

Fil des commentaires de ce billet