MILLENIUM 4 - Ce qui ne me tue pas

Millénium 4Malgré la mort de Stieg Larsson, l'auteur de la saga "Millenium", La maison d’édition Norstedts, détentrice des droits, a décidé de redonner vie à cet énorme succès, 11 ans après, en donnant la plume à David Lagercrantz, écrivain journaliste suédois.

Résumé:
La revue Millénium a changé de propriétaires. Ses détracteurs accusent Mikael Blomkvist d’être un has-been et son éviction semble de plus en probable.
Tard un soir, Blomkvist reçoit un appel du professeur Frans Balder, un chercheur de pointe dans le domaine de l’IA, l’intelligence artificielle. Balder affirme détenir des informations sensibles qui concernent le service de renseignement des Etats-Unis. Il a également été en contact avec une jeune femme, une hackeuse hors du commun qui ressemble à s’y méprendre à une personne que le journaliste ne connaît que trop bien.

Mikael Blomkvist espère tenir enfin le scoop dont Millénium et lui ont tant besoin. Quant à Lisbeth Salander, fidèle à ses habitudes, elle suit son propre agenda et n'hésite pa sà se frotter de très près avec la NSA.

Ma note: ma note
Ma critique:

La Saga Millenium est donc de retour malgré la mort de son auteur et une guerre de succession qui a créé de nombreuses polémiques. L'argent a pris le dessus et les fans de la saga étaient partagés avant de lire cette quatrième oeuvre.

  • Oui, il est impossible de remplacer le style de Stieg Larsson et son imagination débridée
  • Non, j'en veux encore. J'ai tellement aimé les personnages que je veux en découvrir plus
Bref, j'étais indécis devant la cupidité et le pari fou de la maison d'édition de faire reprendre le flambeau par un journaliste écrivain qui n'avait écrit jusqu'ici que la biographie de Zlatan. Et j'ai tout fait pour être objectif dans mon appréciation de ce nouveau livre.

Ce que j'ai aimé, évidemment, c'est de retrouvé ces personnages fabuleux. Entre le paradoxal Mikael Blomkvist, en proie à ses crises de doutes et de confiance, et la sur-confiante Lisbeth Salander, je ne sais plus où donner de la tête. le nouvel écrivain a parfaitement repris la psychologie des personnages, sans toutefois les faire trop évoluer. L'histoire est également dans la suite logique des épisodes précédents.

Ce que j'ai moins aimé, c'est que d'une part, c'était trop court, un peu trop gros, voire un peu simpliste. J'aimé les disgressions et les égarement de Stieg Larsson dans la description des enquêtes de ses 2 personnages clés. Et d'autre part, le style se délite un peu vers la fin. David Lagercrantz s'est efforcé de fair le nègre de Stieg Larsson sur le premier tiers du livre, et la pression faite par la maison d'édition pour conclure l'histoire, et laisser présager un cinquième livre, rend un final moins réussi que l'entame.

Au final, ce quatrième livre reste fidèle aux précédents. Le pari est réussi. Ce n'est pas un livre parfait et il n'y a pas de trop gros raté. J'ai pris grand plaisir à le lire. Nous verrons comment la maison d'éditions suédoise trouve une histoire digne de ce nom et si David Lagercrantz continuera à rester le nègre d'outre tombe de Stieg Larsson.

Quelques liens:

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/604

Fil des commentaires de ce billet