William GIBSON - Zero History

Zero History de William GIBSONCela fait près de 15 ans que je n'avais pas lu de William GIBSON et son univers cyberpunk. Le fameux père du Neuromancien fait désormais dans le réel et le monde de la mode et de l'espionnage industriel.

Résumé:

Milgrim, ex-junkie, travaille pour Hubertus Bigend, le tout-puissant directeur de l'agence Blue Ant. Avec Hollis, une ex-rockeuse à la mode à la fin des années 80, ils ont tout deux pour mission d'en savoir plus sur les blousons ayant comme seule signe de reconnaissance l'étiquette "Gabriel Hounds". Le créateur de ces blousons est inconnu et la ligne de vêtements qu'il crée ne circulent pas dans les milieux (branchés ou non) de la distribution, les adeptes de la non-marque sont prêts à débourser une fortune pour s'acquérir de cette ligne de vêtements atemporelle et ultra-confidentielle. Dans un monde où tout change à chaque nouvelle collection, cette non-marque devient un mythe, et entrevoit les nouvelles tendances de la Mode.

Hubertus Bigend part du principe que le vêtement militaire est l'influence majeure du streetwear de ces dernières années; et qu'il est essentiel pour son entreprise de s'inscrire dans cette nouvelle stratégie marketing, et de situer au milieu de ces 2 océans: remporter le marché lucratif des vêtements pour l'armée, et développer les tendances de demain de la mode streetwear.

Milgrim et Hollis, aidés par toute l'équipe de Blue Ant, se retrouvent dans un milieu où l'espionnage industriel fait rage. De Londres à Paris, les deux enquêteurs vont croiser le monde de la mode et les secrets militaires, les barbouzes et les créateurs...

Ma note: ma note

Remarque: lu en anglais

Ma critique:

Et bien cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre de William GIBSON et cela a été dur. D'une part le style de l'auteur qui est très fouillé, très précis, avec pleins de petits détails. D'autre part, Histoire Zero reprend les personnages de deux de ses précédents livres "Identification des schémas" et "Code Source" (livres non lus); à savoir les 3 personnages clés du roman: Milgrim, Hollis et Bigend. J'ai eu du coup un peu mal à comprendre qui est qui, leurs histoires et fameuses manières de penser. Quel est le don de Milgrim et pour qu'il mérite d'avoir fait une si coûteuse cure de désintoxication? Et bien je ne sais pas, je n'ai rien eu de palpable pour comprendre ses qualités et la raison pour laquelle c'est lui qui enquête.

Et quelle enquête! Durant les trois quart du livre, il ne se passe rien et nous n'apprenons rien, sauf que la marque est ultra-confidentielle, que tout le monde la recherche, etg que tout le monde se surveille. William Gibson s'amuse à nous ballader dans ce labyrinthe et nous égare, avec cette fâcheuse de lancer une action et de la faire poursuivre par un autre. C'est parfois assez déstabilisant.
Même si les descriptions minutieuses et concises de l'auteur dévoilent l'interdépendance omniprésente des cyber-technologies dans notre univers et notre totale addiction à celles-ci, j'ai eu l'impression de passer à côté, comme les héros du livre qui passent à côté de leur Graal sans le voir.
Le dernier quart relève le niveau, mais bon, le livre se termine un peu comme une queue de poisson, cette vive accélération pour sortir de ce casse-tête est salvatrice, mais il manque une dernière touche finale. On se demande un peu à la fin, mais elle où l'histoire? Comme si cette quête du designer et de ses vêtements étaient juste une lubie d'Hubertus Bigend...
A vous d'en décider...

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/559

Fil des commentaires de ce billet