SHINING ou la desconstruction méthodique de toute mélodie

ShiningAlors là, des musiques totalement barrés, j'en ai écouté pas mal et je pensais avoir fait le tour. Et bien non, voici ce groupe norvégien Shining (à ne pas confondre avec le groupe suédois de black metal du même nom) qui après avoir commencé dans le jazz hip-hop, s'est lancé dans un métal des plus bruyant: un jazz Black Métal expérimental.
Planquez les enfants, et certains parents aussi!

SHINING est donc un groupe norvégien qui est parti d'un jazz hybride avant-gardiste (influencé par Ornette Coleman, John Zorn et le jazz hip-hop branché). Le mentor du groupe, Jørgen Munkeby, faisait en effet parti du collectif norvégien "Jaga Jazzist", avant qu'il ne lance son groupe, plus ouvert au rock en 2001 avec leur premier album 'Where the Ragged People Go'
Les 3 albums suivants se distinguent par une montée en puissance des guitares et des synthés syncopés, pour donner en 2010, un OVNI musical: Blackjazz, suivi par cet année d'un album nettement plus métal: One One One

SHINING - BlackjazzSHINING - Blackjazz (2010) ma note

Attention, Blackjazz est un album qui nous laissera aucun répit, vous allez sauter dans un champ de mines musicales où tous les styles vous sauteront à la gueule. Vous n'en sortirez pas vivant et à chaque fois que vous penserez reprendre le dessus, Shining vous démontera la gueule à la force d'un Terminator "next" génération. A chaque écoute, je me répète "mais putain où ils vont!!!"; ils ne cessent de déstructurer tout souffle de mélodie qui passent par leurs instruments. Quand je parle de déstructuration, je n'entends pas par là un maelström sonore indigeste et incohérent. Non, leur musique est d'une logique implacable: c'est une déconstruction méthodique de toute mélodie. Ils dissectent, découpent avec le scalpel d'un métal encore inconnu à ce jour l'ADN du rythme musical.

Certaines mélodies, ou approchent musicales, rappelleront les sulfureux albums "broken" et "fixed" de NINE INCH NAILS. Il faut dire que l'influence de Sean Beavan (ancien de Nine Inch Nails) y joue pour beaucoup. "Exit Sun" rappellera également le morceau Hysteria de Muse, sur lequel SHINING a justement samplé le riff pour faire ce monstrueux morceau. Le deuxième rappel d'Exit Sun vous apportera un peu de douceur mais sa tension montant vous mettra encore plus à cran sur le morceau suivant: "Healter Skelter"
L'album se termine par une apothéose, une reprise du cultissime morceau de King Crimson.

Blackjazz sera certainement mon album majeur de la décennie.

La track-list

  1. The Madness and the Damage Done – 5:20
  2. Fisheye – 5:08
  3. Exit Sun – 8:36
  4. Exit Sun (2) – 0:57
  5. HEALTER SKELTER – 5:35
  6. The Madness and the Damage Done (2) – 3:24
  7. Blackjazz Deathtrance – 10:52
  8. Omen – 8:46
  9. 21st Century Schizoid Man – 8:41

SHINING - One One OneSHINING - One One One (2013) ma note

Après le succès 'élitiste' de "Blackjazz", SHINING était attendu au tournant, et aux USA. Ce nouvel album est ainsi plus monolithique que son prédécesseur. "One One One" est direct, court (et donc intense) et vous fonce droit dessus. Après la déconstruction méthodique, SHINING nous offre un nouveau métal brulant à faire fondre tout récipiant pouvant le contenir. Avec une rythmique martial méthodique, l'album entame par un "I Won't Forget" mêlant la brutalité d'un Motorhead, la saturation d'un Marilyn Manson sous speed et l'expérimentation progressive avec l'intrusion (pénétration?!?) du saxo hallucinant de Jørgen Munkeby, la maître déconstructeur de SHINING.

les autres morceaux sont à peu près du même acabit, et vous demanderont un certain effort mental de pouvoir s'enfiler tout l'album. Les chansons sont courtes et moins explosives. Les à-coups de déconstruction, enfoncés au marteau-pilon, sont plus concentrés et semblent inflexibles du fait de leur brièveté (tous les morceaux font moins de 4mn). Le morceau "Blackjazz Rebels" est sans doute le plus barré, et vous demandera une bonne dose d'ouverture d'esprit pour y venir à bout.
"One One One" n'est pas aussi bon que "Blackjazz", et c'est navrant de voir que cet album n'est pas dsitribué en France. Bref, il ravira tous les fans de métal qui cherchent la logique derrière le bruit. Et avec cet album, ils seront servis.

La track-list

  1. I Won’t Forget
  2. The One Inside
  3. My Dying Drive
  4. Off the Hook
  5. Blackjazz Rebels
  6. How Your Story Ends
  7. The Hurting Game
  8. Walk Away
  9. Paint The Sky Black

Ecoute

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/537

Fil des commentaires de ce billet