6:33 et Arno STROBL - The Stench From The Swelling (a true story)

The Stench From The Swelling (a true story)6:33 & Arno STROBL - The Stench From The Swelling (a true story) ma note

A l'issu de la première écoute de cet album, j'étais à mille lieux d'imaginer que ce groupe au nom étrange provenait de notre douce contrée! Et bien, ce sont des biens des français. 6:33 (prononcez 6heures33) et Arno Strobl (l'ancien chanteur de Carnival in Coal, pour ceux qui connaissent) s'inscrivent dans la pure lignée de la folie Gargantuesque de Rabelais: un style farfelue bouffant à tous les râteliers musicaux, le tout en étant parfaitement maitrisé!
Et ceux qui se lassent déjà du côté immature de Shaka Ponk, voici une petite dose de folie un peu plus forte, et bien meilleure!
Bref, une putain de belle bouffée de chaleur qui nous réconforte de cette ambiance (sociale, musicale et climatique) totalement morose.
Come on, let's groove baby! That is fucking good music!

Alors tous ceux qui recherchent des musiques qui élargissent votre univers musical et qui vous dégagent bien derrière les oreilles, voici un groupe inqualifiable qui mérite d'être écouté: 6:33. Cet album au titre énigmatique est un pur bonheur, une véritable fête forraine à lui tout seul, ou comme le rappelait la mère Forrest Gump: une boite de chocolat. Vous ne savez pas sur quoi vous allez tomber mais vous allez tout simplement adorer! Vous allez vous ballader dans différents univers musicaux: le rockabilly, la pop, le grindcore, le flamenco, le métal, le progressif, la dance, le gothique, le boogie et de l'electro! Et je dois oublier encore quelques styles. 6:33 et Arno Strobl nous invitent dans un univers déjanté, farfelu, loufoque mais produit d'une main de maître! Il faut dire qu'Arno Strobl y joue pour beaucoup avec sa maitrise vocale de haute volée, qui vous rappellera (et vous fera oublier) les grandes heures de Mike Patton quand il officiait avec Faith No More.

La force de cet album est qu'il n'y a pas besoin d'être ouvert d'esprit (un minimum quand même, pour les 2 premiers morceaux, les plus métal). Il suffit d'écouter ce morceau qui tourne en boucle dans mes oreillettes: "I like it", un truc totalement groovy déjanté, à mi chemin entre du Faith No More, du Devin Townsend, du Pink Floyd et un truc pop-fusion du genre Shaka Ponk. Bref, un morceau pop euphorique totalement improbable qui nous donne envie de taper du pied, de faire du Harlem Shake en pleine négociation commerciale et d'aller danser avec la première personne venue. Rajoutez la reprise du tube facile de 'Starlight' des Supermen Lovers (un bon truc disco 2000 que vous avez tous adoré (malgré vous) et vous serez fait!

Arno Strobl et ses mystérieux musicos terminent l'album par 2 morceaux majestueux, qui nécessiteront un plus grand investissement de votre part. Des morceaux de 10 minutes en étant dans une montagne russe musicale, c'est éprouvant la première fois. Mais putain que c'est bon. C'est tout simplement jouissif: des grosses guitares, du saxo, du beat, des death growls, des synthés mégalos, et un groove à faire danser les ours.

Putain, y'a rien à dire: que cet album fait du bien. Il devrait être remboursé par la sécurité sociale: nous avons des musicos français en or qui savent prendre des risques et s'attaquer à tous les styles: IMPOSSIBLE N'EST PAS FRANÇAIS!

La track-list

  1. (I Should Have Known) Her Name Was Boogie
  2. Burn-In
  3. I Like It (new mix)
  4. The Stench From The Swelling
  5. Starlight
  6. Giggles, Garlands & Gallows part 1 : Order Of The Red Nose
  7. Giggles, Garlands & Gallows part 2 : M.I.D.G.E.T.S.

Ecoutez: I like it

Regardez: I like it

Achetez:

Commentaires

1. Le jeudi 6 juin 2013, 19:02 par Lovegra

que cela ressemble à Faith No More, et l'album est vraiment bon

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/534

Fil des commentaires de ce billet