Petite virée mouvementée à New-York

Je viens de passer ces 6 derniers jours à New-York, avec comme évènement principal de ce voyage, l'intrusion de l'ouragan Sandy sur les côtes américaines; paralysant la ville durant 48H avant que les effets de la tempête ait enfin lieu.
Bref, beaucoup de vents médiatiques pour peu de vent et de pluie sur la ville, si ce n'est une grosse inondation dans quelques quartiers de New-York City, et une vraie tempête qui a eu lieu à 150km de là.

New-York view from Brooklyn

C'est une ville plus belle que je ne le pensais: tous ces grattes-ciels, ces grands immeubles hétéroclites, qui ont tous (ceux du Lower Manhattan et de Midtown Manhattan) un véritable charme. C'est un plaisir de gambader dans cette ville, nettement plus sécurisante de ce que nous laisse entrevoir les séries TV (c'est normal, ceci dit) et de mon bref souvenir (1 journée) d'il y a plus de 20 ans. La seule déception (à part la fermeture liée à Sandy) fût Chinatown, qui se trouve être une véritable porcherie. Il faut avouer qu'on a débarqué tôt le matin en plein marché, dans la rue des poissonniers; et que la fraîcheur douteuse des poissons nous a retourné l'estomac, en nous gâchant le brunch tant promis chez Katz Delicatessen, un peu plus haut dans Manhattan.
Tous les quartiers sont splendides et intéressant à visiter et notre planning de remonter peu à peu Manhattan s'est bien déroulé; sauf, que la pluie annoncée pour la deuxième partie de notre séjour, s'est transformé en tempête.
La venue de Sandy a un peu tout gâché, mais d'un certain côté, cela nous a permis d'en découvrir plus.

Sandy a été annoncé dès le vendredi, pour un déluge attendu le lundi. Dès le samedi en fin d'après-midi (17H): métros, musées, parcs, offices publics, ferries et grands magasins furent fermés, alors que le vent était toujours aussi léger.
Le lendemain, tout était sec, on nous a demandé de rester au chaud, alors le vent soufflait avec quelques rares bourrasque, mais pas de quoi faire envoler les parapluies, et encore moins ralentir notre envie de découvrir la ville. Malheureusement, tout était fermé, à part les restaurants, et nous avons donc du visiter tout à pied. Ce n'est que le lundi midi que la pluie est enfin venue: un sale crachin à grosse gouttes.
Le lundi, nous avons donc du faire le tour de Central Parc sous la pluie sans pouvoir y pénétrer: quelle frustration! Nous nous sommes rabattus sur le retour sur les beaux magasins de Madison Avenue; tous fermés, mais de toute façon, trop cher. Je vous invite à visiter le magasin ultra-cosy de Ralph Lauren; où nous sommes retournés (un pantalon avec plein de side-pockets me tentait bien mais hors de prix - 550$ pour un bout de tissu!!!).
Le soir, le vent soufflait plus fort, mais rien de dramatique sur Midtown. En fait, les vents furent plus violent aux endroits exposés: Greenwhich Village et sur Central Park, ainsi que la montée des eaux dans certains quartiers. Nous avons profité de regarder la tempête à la télé, avec la coupure du courant pour tout le tiers bas de Manhattan (à partie de la 22ème rue; et jolie explosion du central électrique qui a pris l'eau), et l'inondation du Financial District (Wall Street n'a pas de DRP (Disaster Recovery Plan, semble-t-il...). Les journaux TV focalisait autant sur la ville que sur la véritable tempête qui avait lieu à 150km de là à Atlantic City (et ses envions), qui a véritablement morflé, comme vous avez pu tous le voir. Ceci dit, les intrépides journalistes sont restés dehors toute la nuit dehors dans le vent au cœur de la tempête. Sandy n'était pas fine, rapide comme un ouragan tropical, mais grosse et lente comme l'héroïne de Dubosc (Sandy Kilo).
Sur New-York City, c'est plus l'effet de la marée (pleine lune) et de la pluie qui a été dévastateur qu'autre chose.
Le mardi, nous avons eu enfin à de la vraie pluie (quelques bonnes darches, comme ils disent dans le nord) qui nettoya enfin le ciel. Nous avons pu découvrir un Greenwhich Village dans le noir, dans une ambiance magique, très "The day after" au coin d'un feu de cheminée au pub "The Slaughtered Lamb". Les magasins indépendants ré-ouvrirent dans l'après-midi et tous les touristes (nous compris) se sont rués dessus (ils ont dû faire leur chiffre de la semaine!!!).
Le mercredi, tout ré-ouvra enfin (sauf le métro et l’électricité pour la partie Sud) et nous avions en fin pu faire visiter les musées (Guggenheim, Met & Moma) et faire du shopping.
Pour conclure sur cet évènement, vous trouverez ci-joint le lien pour visionner la vidéo de Sandy du haut de la tour du New-York Times, mais la vidéo est bien plus spectaculaire que la réalité: c'est l'effet "mode accéléré" qui fait cela.

Pour revenir à notre visite de New-York, s'il faut retenir quelques adresses et conseils, je vous propose:

  • au niveau des guides touristiques (nous en avions 4!), le Lonely Planet, qui m'a paru le plus pertinent et le plus pratique à retrouver une info.
  • au niveau des bars, je vous invite chaudement à aller au "Don't tell Mama" situé sur la 45ème rue (entre les 8&9ème avenue), soit tout près de Time Square. L'ambiance y est délicate et chaleureuse, vous discutez facilement avec tout le monde, et les 2 fois, nous avons fini par chanter au piano!
    Y'a la partie Cabaret, mais contentez vous du piano-bar! Et du resto également (ou tous les autres autour vu que le DTM est situé dans le restaurant row).
  • au niveau restaurant, le Katz Deli (où Meg Ryan simula son fameux orgasme dans "Quand Harry rencontre Sally")
  • au niveau vue, l'Empire State Building évidement, et s'il fait beau, offrez vous le coucher de soleil sur NYC avec un cher cocktail (y'a 8$ en supplément par personne non résidente à l'hôtel) en haut du Marriott Marquis sur Time Square, avec son restaurant tournant sur lui-même.
  • au niveau visite, de faire la statue de la liberté (couronne enfin ré-ouverte, mais sac-à-dos prohibé) très tôt le matin (y'a un monde fou) ou de faire plutôt le tour en bateau, voir faire l'aller/retour gratuit du Ferry de Staten Island. Pour le Brooklyn Bridge, allez sur Brooklyn en métro pour revenir vers Manhattan en traversant le pont. En effet, la partie Manhattan est pleine de monde, et en travaux jusqu'à fin 2012.
  • évitez les resto de franchise AppleBees, c'est vraiment dégueulasse.
  • testez les hamburgers au champignon (de gros champignon coupé en lamelle à la place de la viande), c'est super bon.
  • Dans les bars et restos, si vous souhaitez éviter la bière ou le coca, demandez un verre de vin blanc ("A Glass of Chardonnay"), il est soit californien, soit chilien; et rarement mauvais
  • Enfin, mon plus beau trip: passer une soirée au MeatPacking District pour terminer au lounge-bar du dernier étage du futuriste hôtel "The Standard", mis en avant dans l'excellent film "Shame" de S. McQueen; et rentrer à pied par la High-line.
The Standard Hotel

Concernant les New-yorkais, j'ai été frappé de voir qu'ils étaient quand même très européens, et très cosmopolites. Nous sommes à milles lieux de l'Amérique capitaliste du Nevada (visité 6 ans plus tôt) où j'avais découvert une armée d'obèses vivant dans le luxe et la débauche de nourriture en sur-exploitant une armée de mexicains faisant les basses oeuvres quotidiennes. A New-York, il est finalement plus difficile de différencier le new-yorkais du touriste (le touriste reste toutefois la tête en l'air à regarder les grattes-ciels). Les petits (et sales) jobs ne m'ont pas semblé réservés aux minorités et j'ai beaucoup apprécié cette grande amabilité (toutefois superficielle) des commerçants; et leurs gimmick "Oh I love this guy" en parlant à Sevy de moi...

Bon, pour conclure, les intempéries ont ralentie notre programme, ce qui nous a permis de faire notre marathon à pied une semaine à l'avance. Va falloir y retourner pour visiter Brooklyn, Harlem et le cœur de Central Park, passer au moins une nuit au Standard, et perdre son temps dans les grands magasins, et sans doute, 1000 autres choses à découvrir, tant la ville est grande et surprenante.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/513

Fil des commentaires de ce billet