Burned de Thomas Enger

Burned de Thomas Enger Voici un nouvel auteur scandinave à la mode: Thomas Enger; à mi chemin entre Jo Nesbo et Camilla Lackberg.

Résumé:
Dans les faubourgs d'Oslo, à Ekebergsletta, une tente isolée au fond d'un champ cache un terrible drame: une jeune femme, à moitié enterrée, y est morte par lapidation. Elle a été outrageusement mutilée à coups de pierre au visage, son dos a été fouettée jusqu'au os et sa main coupée.
Henning Juul, journaliste au 123News, revient juste d'un long congés de convalescence, suite à un incendie qui lui a valu près d'un an à l'hopital; mais surtout qui lui a couté la vie de son fils, mort dans l'incendie.
Pour son premier jour aux affaires après plus de 2 ans, voici une histoire qui va lui changé les idées, mais à laquelle il va vite se bruler les doigts, tant les ramifications racistes sont évidentes sur ce meurtre teinté d'un rituel issue de la Sharia.

Ma note: ma note
Remarque: lu en anglais

Ma Critique:
Avec ma découverte d'Henning Mankell il y a une douzaine d'années, je me suis peu à peu intéressé aux polars scandinaves. Et c'est donc tout naturellement que je me suis laissé tenté par Thomas Enger, la nouvelle perle du polar polaire. Le personnage d'Henning Juul est intéressant, avec son funeste passé (la perte de son fils) qui continue de le hanter; et qui va d'ailleurs le hanter encore 5 livres, puisque la maison d'édition de Thomas Enger a confirmé qu'il y aura bien 6 enquêtes du journaliste, avec comme trame commune des indications comme quoi la mort de son fils n'était pas si accidentelle que cela.

Mais revenons à ce premier livre et ce meurtre assez tapageur. La couverture laisse penser à la présence sombre d'un serial killer, mais en fait, il n'en est rien. Le crime, avec ses ramifications racistes, ses peurs de l'autre, est quand même un peu tiré par les cheveux. Même si l'auteur prend soin à bien nous débobiner les ficelles aux dernièges pages du livre, on comprend mal pourquoi une telle mise en scène. Mais bon, c'est le côté sensationnel qui est fait pour vendre. Et la maison d'édition le fait très bien.

L'autre point intéressant est de voir l'évolution du journalisme, avec cette course-poursuite des journaux télé 24H/24 en temps réel qui doivent tout montrer (sans même valider) et celle d'Internet qui doit tout dire avant les autres. Et au milieu, Henning Juul, qui sort d'une hibernation de 2 ans et qui voit cette révolution numérique d'un mauvais oeil, où le sensationnalisme prend le pas sur l'éthique.
Pour mener ses investigations aussi rapidement que la police, le journaliste a évidemment une taupe, un contact "fantôme", avec lequel il communique via un programme crypté. On ne sait pas si ce hacker est policier, mais en tous les cas, il en connait tout autant et permet de faire avancer vite l'enquête. Toutefois, ce stratagème de "gorge profonde" utilisé par l'auteur est un peu facile et un peu trop pratique.

Dans l'ensemble, cette première nouvelle de Thomas Enger est agréable à lire, surtout grâce au profil psychologique du personnage principal. Je reste toutefois un peu sceptique, car mise à part le personnage, le crime sensationnel et la question finale sur la mort de son fils (qui va servir de trame pour les 5 prochains livres); je trouve que c'est une oeuvre un peu trop survendue. Espérons que la série Henning Juul ne va pas trop trainer en longueur, et tant qu'il ne devient pas aussi énervant que Camilla Lackberg, je vais suivre les affaires d'Henning Juul.

La liste des livres:

  • Burned, 2010
  • Phantom Pain, 2011
  • Blood Mist, 2012
  • Killer Ants , 2013
  • Quicksand, 2014
  • The Revelation, 2015

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/506

Fil des commentaires de ce billet