Charles CUMMING - Trinity Six

Trinty Six Voici un roman d'espionnage très bien ficelé d'un jeune auteur anglais prometteur: Trinity Six. Quand une vieille intrigue de 50 ans en cache une autre, bien plus sérieuse et bien plus probable.

Résumé:
Sam Gaddis est professeur à l'université de Londres, spécialiste de la guerre froide et des affaires internationales concernant la Russie.
A court d'argent, il cherche un sujet "vendeur" pour écrire un nouveau livre. Par chance, il rencontre une charmante jeune femme ayant des documents secrets et des lettres confidentielles de sa défunte mère, ancienne secrétaire au KGB, et amoureuse d'un espion anglais.
Au même moment, une de ses amies le met en relation avec un vieux de la vieille garde anglaise, ayant soit-disant, les secrets sur un sixième traitre de Cambridge.

Sam Gaddis est tout excité de réunir ces documents mais avant même qu'il puisse voir si les affaires ont un point commun, son amie meurt d'une crise cardiaque, le laissant seul avec une tonne de documents et un vieillard très affabulateur.
A la recherche de ce sixième espion, Sam Gaddis ne sait pas qu'il remue les mauvaises pierres et que les vieux serpents vont se réveiller...

Ma note: ma note
Remarque: lu en anglais
Ma Critique:

La première trame du livre se base sur l'un des évènements majeures de la guerre froide en Grande Bretagne avec le cercle de ces 5 universitaires de Cambridge, qui ont été recruté au début des années 30 par les services secrets russes. Ces 5 universitaires finirent par occuper des postes plus ou moins importants dans les services de renseignements de sa majesté, et leur traitrise fut découvert assez tardivement dans les années 50. Leurs noms: Kim Philby, Guy Burgess, Donald Maclean, Anthony Blunt et John Cairncross.
Il est utile d'avoir précédemment lu des articles ou livres sur cet évènement de la guerre froide pour bien comprendre le contexte du début: Bechley Park, Philby, et la chasse au sorcière des années 50, etc. Je vous conseille d'ailleurs vivement de lire cet excellent ouvrage de Robert Littel "La compagnie", qui relate les grands coups d'espionnages entre CIA, KGB & MI6 lors de la guerre froide.
L'entame de la trame risque donc d'en rebuter quelques-uns, mais l'auteur explique de manière concise la genèse de ce cercle d'espions à la solde des russes; et la possibilité d'un sixième, inconnu de tous. Mais bon, on se dit, comment tenir sur tout un livre avec une action qui se déroule dans le temps présent?

Ce n'est évidemment pas quelques dossiers brulants de 50 ans d'âge et l'apparition d'un nouvel agent double, à la retraite depuis longtemps, qui vont mettre en péril des relations internationales et la vie de notre héros.
Non, en effet, l'auteur nous offre une histoire à tiroir à double fond pour dévoiler un secret bien gardé, et fort crédible.
Durant les trois quart du livre, on se demande justement quel est ce secret, qui justifie tant de prise de conscience de la part des services secrets anglais et russes. L'idée est ingénieuse et superbement bien amenée. Charles Cumming nous emmène là où il veut, nous donnant quelques bribes d'informations et de sueurs froides pour nous tenir en haleine de bout en bout.

Je ne vous dévoilerai donc pas le secret final (qui est de taille), je vous invite vivement à vous accaparer de ce roman d'espionnage. Le livre a certes quelques travers, typiques des écrivains, qui n'ont jamais eu à traiter un emploi du temps. Le héros ne travaille pas (normal me direz-vous, il est prof!) et décide du jour au lendemain de partir aux quatre coins de l'Europe, alors qu'il est justement à court d'argent!
Ce genre de petit détails est certes peu de chose par rapport à la ribambelle d'auteurs américains, qui se contrefoutent de ces 2 contraintes (temps et argent) dans la crédibilité de leur propos.
Et donc à part ça, ce livre de Charles Cumming est une véritable réussite, et son petit secret un véritable bijou d'ingéniosité, totalement crédible.

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/499

Fil des commentaires de ce billet