Lana Del Rey - Born to Die

Lana DEL REY - Born to Diema note

J'ai toujours eu comme principe de ne jamais écouter une fille qui fait tout le temps la gueule (ainsi que celles qui ne font que sourire...). Et c'était le cas avec la Miss Lana Del Rey.
Mais bon, 2012 est annonçé comme l'année du changement, je me suis forcé à oublier sa face de mannequin à la bouche de canard que l'on a envie de claquer à tout va, pour aprécier son album à sa juste valeur: une splendide galette finement ciselée par Universal.
Dommage que le contenant soit si énervant et à l'opposée du contenu.

Pour définir la voix de Lana Del Rey, c'est très simple: vous prenez celle de Fiona Apple en mode glamour et celle de Kate Bush sous prozac. C'est une voix suave délicate et acidulée, avec un parler relativement monocorde mais qui dévoile par moment qu'elle sait chanter et hausser d'un ton.
Sur fonds d'orchestration voilées entremêlées à des beats hip-hop, ses mélodies pénètrent sous la peau de manière insidieuse, et ce malgré le côté déjà entendu mille fois (à croire même que le morceau "Video Games" est un plagiat).

Malgré la modernité et sophistication toujours plus poussée de notre quotidien, c'est paradoxalement des artistes (et des produits) "simples" qui raflent la mise: vous prenez des films comme 'Les Ch'tis', 'Intouchables' ou la chanteuse 'Adèle', c'est justement leur simplicité et leur aspect vrai qui font que les gens adhèrent en masse et s'y identifie un en clic.
A l'écoute de 'Born to die', c'est exactement ce que l'on ressent. Des mélodies mélancoliques et nostalgiques que l'on apprécie dès la première note, chanté par une symbiose parfaite des meilleures voix de "crooneuses" de ces 50 dernières années. C'est sûr, la Major derrière elle (Universal) n'a pas lésiné sur les moyens pour peaufiner cet album et tenter de faire le coup d'un "Adèle 2012".
Cela en est même trop beau, qu'au final cette Lana Del Rey ne sonne pas tout à fait vrai.

Et méfiez-vous de son physique, car son style "Euh excusez-moi, mais je suis trop belle!" va en énerver plus d'un et c'était mon cas dès la première fois que j'ai vu sa moue. Son look de Lolita dépressive et désabusée, certainement à force de s'être regardée dans la glace trop longtemps, m'énerve littéralement: cela en est même viscéral. C'est plus fort que moi. J'apprécie sa musique mais qu'est-ce que je déteste sa moue!!!
Elle n'a pas le physique de sa voix et Universal joue trop sur ce décalage surfait. Et à lire les avis contrastés à son égard, je pense malheureusement que cette adorable petite peste de Lana risque de vite retourner plus vite que prévu dans les jupons de sa mère, sans doute pour rester la plus belle du monde...
D'ici là, savourons ce bel album en attendant qu'une autre miss "tête-à-claques" prenne la relève...

La track-list

  1. Born to Die - 4:46
  2. Off to the Races - 5:00
  3. Blue Jeans - 3:30
  4. Video Games - 4:42
  5. Diet Mountain Dew - 3:43
  6. National Anthem - 3:51
  7. Dark Paradise - 4:03
  8. Radio - 3:34
  9. Carmen - 4:08
  10. Million Dollar Man - 3:51
  11. Summertime Sadness - 4:25
  12. This Is What Makes Us Girls - 3:58
  13. Without You- 3:49
  14. Lolita - 3:40

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/487

Fil des commentaires de ce billet