Relocator - Du jazz-métal en or

Il y a quelques années de cela, j'étais tombé sur un OVNI musical appelé "On the Virg", combo jazz-métal du batteur Virgil Donati. Depuis, peu d'albums m'ont autant bluffé. "Relocator" fait justement parti de ceux-ci.
A découvrir de toute urgence si vous êtes un amateur de métal progressif ou de jazz fusion!

RelocatorRELOCATOR - Relocator ma note

Il y a 5 ans de cela je m'extasiais devant le son futuriste imaginé par le groupe de Virgil Donati (lire ici/a>); et de sa suite avec Allan Holdsworth et Derek Sherinian sous la bannière "Planet X" (lire ma critique de l'album). Depuis, peu de choses, c'était soit trop jazz, soit trop métal ou pompeux pour me combler.
Et c'est donc la semaine passée que je suis tombé par hasard sur ce groupe: Relocator; et ce grâce au voisinage d'écoute de "Shaolin Death Squad" sur Spotify, comme quoi Spotify commence enfin à être pertinent dans sa notion de groupes similaires!

Revenons plutôt au style de l'album: c'est de l'instrumental hyper travaillé, avec un mélange bouillant de jazz, de métal et de rock progressif; sorte de version moderne du Mahavishnu Orchestra, de U.K. et plus dernièrement, de Planet X, Liquid Tension Experiment, et sans oublier cet album culte de "On the Virg".

Pour un premier album auto-produit, le son est d'une surprenante clarté et d'une déconcertante maturité. C'est sûr que l'expérience de Derek Sherinian y a apporté beaucoup, mais même les morceaux sans lui sont également produits de manière irréprochables. Le son est parfaitement carré et propre; les riffs de guitares sont à la fois percutant et parfaitement mis en place pour laisser place aux autres instruments. Derrière le guitariste Stefan Artwin, on retrouve donc un Derek Sherinian quasi omniprésent (sur les morceaux où il apparait), une section rythmique du tonnerre et un violoniste, apportant une atmosphère à la fois speed et planante comme l'avait si bien développé Eddie Jobson à son époque avec U.K.
Malgré le son futuriste jazz-métal, il ya également ce petit côté rétro qui fait penser à UK, et on n'est pas surpris de lire sur le site du groupe que leurs albums de références sont ceux de U.K., King Crimson, Planet X, Joe Satriani, Allan Holdsworth, Frank Zappa, Gordian Knot et "On the Virg"!!! Bref, que du beau monde!

Le plus surprenant dans l'histoire est de savoir que Derek Sherinian est resté chez lui aux USA pour faire ses partitions et que le reste du groupe était dans son studio en Allemagne. Et à l'écoute de ces morceaux hyper travaillé, on est loin de s'imaginer un éclatement spatial aussi important. A noter que c'est d'ailleurs l'un des points communs avec l'album d'On The Virg, où finalement Virgil Donati avait, après coup, surexposé tout son jeu de batterie sur les compositions initiales.
Je ne sais pas si c'est un gage de qualité dans le genre jazz-métal, mais en tous les cas, moi, j'adore!
Pour terminer, il est également de remonter un autre élément de qualité: la pochette et le feuillet central qui sont tout simplement splendides. Cela fait rudment plaisir d'avoir cette galette entre les mains.

La track-list

  1. Red Vibes – 06:15
  2. Biosphere – 08:02
  3. Relocator – 05:26
  4. Proxima – 06:18
  5. Aavishkar – 10 :33
  6. 13 Reasons – 06 :33
  7. Urban Blue – 06 :35
  8. The Alchemist – 11 :33

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/457

Fil des commentaires de ce billet