Revue d'albums en vrac, pour Noël et les autres

A part l'excellent album de Tegan And Sara (voir ici), je n'ai pas eu trop le temps de m'épancher sur tous les albums que j'ai acheté depuis septembre dernier; ainsi que tous ceux que j'ai écouté ces derniers jours.
Il est grand temps que je m'y mette. Parmi mes achats, nous avons donc:

  • Marillion - Less is more
  • Rammstein - Liebe ist für alle da
  • Anedokten - Chapters
  • Waltari - Below Zero
  • Masters of Reality - Pine Cross Dover
  • Adrian Belew - e
  • Pearl Jam - Backspacer
  • Them Crooked Vultures - Them Crooked Vultures
  • Transatlantic - The Whirlwind
Et parmi mes écoutes (soutenues), nous avons:
  • Devin Townsend project - Addicted
  • Oceansize - Home and Minor
  • Puscifer - C Is for (Please Insert Sophomoric Genitalia Reference Here)
  • Ministry - The last dubber
  • Jordan Rudess - Notes on a Dream
  • Stereophonics - keep calm & carry on
  • Sting - If On A Winters Night
  • Steve Hackett - Out Of The Tunnel's Mouth
  • The 69 Eyes - Back in Blood
  • Tortoise - Beacons Of Ancestorship
  • Guilt Machine - On This Perfect Day

Marillion - Less is moreMarillion - Less is more

Marillion nous offre un album acoustique en revisitant quelques-uns de leurs derniers morceaux. Ce n'est pas vraiment un best-of puisque tout est réécrit. Même les morceaux originaux les plus lents sonnent différemment. L'ennui, c'est que la voix de Steve Hogarth reste omniprésente et je ne la supporte plus. Il chante comme une vedette de variétés, en fait des tonnes et se croit un très grand chanteur. Non, il suffit de voir comment il massacre "The space" (il le chantait bien pourtant, à l'époque!) en un truc mielleux dégoulinant...
M'enfin, c'est Marillion, mon amour de jeunesse, et comme un con, je continue d'acheter.

Rammstein - Liebe ist für alle daRammstein - Liebe ist für alle da

Là aussi, je reste sur ma faim. Même si Rammstein revient vers leur base de début, avec des claviers plus technoïdes, mais ils se perdent dans un métal mainstream sans grande envergure. C'est dommage car ils ont toujours ce son particulier, cette lourdeur industrielle typiquement allemande qui me fascine. Mais au bout de 45 minutes, on s'en lasse; et le morceau symphonique est un supplice. Tout comme pour le chanteur de Marillion, Till Lindemann se croit un grand chanteur. Non, il devrait rester plus humble, et être plus martial dans son chant, comme à ses débuts; et laisser la puissance de son groupe nous emballer.

Waltari - Below ZeroWaltari - Below Zero

Uniquement disponible en téléchargement légal, le nouvel album de Waltari fait du bien. C'est du bon métal power-pop. Un peu plus mainstream, il part nettement moins dans tous les sens. C'est un peu dommage, car ce que j'adore chez Waltari, c'est ce vent de folie du grand Nord qui vient terrasser des énormes riffs de guitares par des mélodies résolument pop!
C'est un peu moins le cas dans cet album (moins de gros riffs, et moins de mélodies pop).

Pearl Jam - BackspacerPearl Jam - Backspacer

L'album commence bien, à forte dominance de guitare et puis cela devient n'importe quoi. C'est l'un des albums les plus mal produits que je connaisse. Les 2 guitaristes se jouent la bourre et essaye d'en faire plus que l'autre. Du coup, on ne suit plus la mélodie, surtout qu'Eddie Vedder en rajoute, et se croit lui aussi, un vrai chanteur!
Franchement ma plus grosse déception musicale de l'année.

David Sylvian - ManafonDavid Sylvian - Manafon

David Sylvian est un chanteur à la voix rauque qui sait maitriser le silence, les temps morts et les belles notes de piano. Malheuresement, depuis maintenant 6 ans, il est dans un trip minimaliste et je ne comprend plus sa musique. Il a troqué son grand piano contre un clavier de sample. Dans sa tête, il doit continuer de jouer de belles notes de piano, mais dans la réalité, ce sont des samples incohérents de guitares, trompette et une multitudes d'instruments. C'est indigeste et on ne recherche qu'au final, le silence définitif...
Quel grand gâchis!

Them Crooked Vultures - Them Crooked VulturesThem Crooked Vultures - Them Crooked Vultures

C'est le genre d'albums que achète les yeux fermés. Les 2 stakhanovistes du rock: Dave Grohl (des Foo fighters) et son pote Josh Homme (l'homme de QOTSA, Kyuss, EoDM, etc.) ont enrolé une des légendes vivantes du Rock: John Paul Jones, le bassiste de Led Zeppelin. Cela tombe bien, j'adore ses 2 albums solo (zooma & the honeythief) et j'apprécie la voix de Josh Homme et son stoner rock. Mais voilà, rares sont les combos de superstars débouchant sur des chefs d'oeuvres. Ce n'est pourtant pas une question d'égo. Non, là c'est plutôt que le style hyper travaillé de la basse de John Paul Jones se marie mal avec la voix chantonné de Josh Homme. Il suffit d'écouter les 3 derniers morceaux pour s'en convaincre. Les partitions de basse y sont aussi fabuleuses (et ingénieuses) que sur les 2 albums solos de JPJ, mais la voix et la guitare couvrent cette rythmique endiablé. En fait, c'est que le style de Josh est parfait pour aller sur une rythmique linéaire (même complexe) du StoneRock. Là, Dave Grohl et John Paul Jones développent des rythmes très travaillés, qu'on perçoit difficilement. L'album est toutefois de bonne facture, surtout le morceau "Mind eraser".

Transatlantic - The WhirlwindTransatlantic - The Whirlwind

L'un des seuls combo group qui vaille le coup (avec des membres de Marillion, Dream Theater, Flower Kings et l'ancien chanteur de Spock's Beard), Transatlantic fait du prog à la papa, de manière pompeuse mais jouissive. Toutefois, depuis que Neal Morse a découvert la foi, son discours passent au devant de ses compositions. Il manque cette hargne ou frustration qu'il avait à ses débuts. Là, c'est de la musique béate, pleine d'émerveillement factice et trop facile. Les musiciens ont du talent (forcément) mais il manque cette magie dans les mélodies et les nombreux breaks et prouesses techniques ne sauvent pas le bateau transatlantique de la noyade...

Anekdoten - ChaptersAnekdoten - Chapters

Anekdoten est un groupe de rock prog scandinave qui use et abuse du mellotron: instrument des années 70 mis en avant par King Crimson ayant un son à mi-chemin entre guitare et orgue. Il s'agit donc d'une musique anachronique, un peu pompeuse mais que j'apprécie. J'ai (honteusement) tous leurs albums en MP3 et je voulais les avoir dans ma cédéthèque dans mon rayon prog.
C'est donc chose faite. J'aurais quand même rajouté 2 ou 3 autres chansons dans leur compile (kiss of life par exemple) afin que cette compile soit parfaite...

Skunk Anansie - Smashes & TrashesSkunk Anansie - Smashes & Trashes

Autre compile, celle-ci marque le retour de Skin et de ses boys sur le devant de la scène. Bon Dieu que cela fait du bien. Skin faisait de la soupe toute seule, et là, on voit que la sauce prend: les 2 inédits sont d'une très grande fraicheur et j'ai hâte d'entendre leur futur album. Dommage que cette compile ne reprend pas sur un deuxième CD tous les inédits qu'ils avaient faits. J'ai des mauvaises versions en MP3 de "Contraband"; "Kept My Mouth Shut" ou "Feed", et cette compile aurait été idéale pour les sortir avec un vrai son; et le titre aurait eu toute sa signification...
Vivement 2010 pour les entendre et les voir sur scène!

Masters of Reality - Pine / Cross DoverMasters of Reality - Pine / Cross Dover

Chris Goss, le maitre à penser de Masters of Reality, et le maitre du StoneRock tout court, me surprendra toujours; en bien et en mal. Cet album possède quelques bijoux (King Richard TLH) mais aussi des aventures ratées, sans fins (the Whore of New Orleans). On reste donc sur sa faim. On voit bien qu'il a un réel talent et on comprend qu'il s'en fout royal. Il ne cherche pas à plaire et il fait ce qui lui plait et il cherche en vain le beat hypnotique parfait, quitte à nous lasser.
Sans doute aimerait-il qu'on le descende du panthéon du StoneRock... Dommage.

Adrian Belew Trio - eAdrian Belew Trio - e

La aussi, cet album n'est que téléchargeable pour l'instant. Après ses 4 faces faites des membres de Primus et de "A perfect circle", voici qu'il monte un trio avec un couple d'ami, à la basse et à la batterie. Nous sommes plus proches de ses précédents albums précités que ses tendances beatles en solo. C'est très travaillé, technique, avec des rythmes chaloupés assez enlevés, qui font penser à du King Crimson (années 2000) en plus funk. Evidemment, je suis fan et peu objectif. C'est donc uniquement pour les fans ou pour les musicos qui aiment les instrumentaux un peu bigarrés, et là, Adrian Belew s'impose!


Les autres albums écoutés

Et bien, je ne m'étais pas rendu compte d'avoir acheté tant d'albums, car comme vous avez pu le remarqué, beaucoup de déceptions! J'ai aussi écouté pas mal d'autres albums: en voici une revue rapide.
  • Devin Townsend project - Addicted : Alors là, plus je l'écoute, plus je l'aime. Je devrais finir par l'acheter. Plus percutant que "Ki", paru 6 mois plutôt, le diable de Devin nous surprend avec des beats très euro-pop ou techno-pop. la voix de Anneke van Giersbergen (ex The Gathering) apporte une friacheur scandinave qui me rappelle Waltari).
  • Oceansize - Home and Minor : Grosse déception. C'est un rytme lent à contre temps qui ne marque pas. je ne susi pas arrivé à rentrer dedans. dommage
  • Pain of Salvation - linoleum EP : J'étais parti pour l'acheter les yeux fermés, et en fait, l'ayant découvert sur le net avant qu'il ne sorte, j'ai été déçu. C'est le Pain of Salvation des premiers temps, sombre et sans break salvateur.
  • Puscifer - C Is for (Please Insert Sophomoric Genitalia Reference Here) EP: C'est aussi un mini album avec quelques remix. Il serait temps que Maynard James Keenan revienne à Tool ou à "A perfect circle".
  • Ministry - The last dubber : version remix de the last sucker, c'est très techno industriel mais finalement, je trouve que cela gâche la puissance des morceaux. Pourtant, the last sucker est de loin mon préféré d'Al Jourgensen.
  • Jordan Rudess - Notes on a Dream : L'homme clavier de Dream Theater revient tout en douceur, avec un grand piano. C'est un délice. Vous pouvez offrir cela à un membre de votre famille qui adore la musique classique, et qui verra ainsi d'un autre oeil (enfin, d'une autre oreille) le boucan que vous écoutez!
  • Stereophonics - keep calm & carry on : J'adore sa voix, mais là, il aurait dû la fermer... Aucune composition qui ne tienne vraiement la route et qui fasse un tube, à part sans doute au Pays de Galles.
  • Sting - If On A Winters Night : Sting se la joue médiéval, c'est amusant, 2 minutes, pas plus.
  • Steve Hackett - Out Of The Tunnel's Mouth : Un peu trop jazz coulant à mon goût.
  • The 69 Eyes - Back in Blood : Encore des petits finlandais qui font désormais plus dans le pop que dans le métal. 2 ou 3 très bons morceaux, et le reste est de bonne facture, mais sans réelle plus value.
  • Tortoise - Beacons Of Ancestorship : je viens de découvrir, je connaissias peu (je méprisais en fait) et je commence à aimer. D'autres écoutes sont nécessaires...
  • Shadow Gallery - Digital Ghosts : J'ai d'abord cru que c'était Geoff Tate, le chanteur de Queensrÿche, qui avait remplacé le défunt chanteur de SG. Mais en fait non, c'est son sosie vocal. C'est du très rock prog, pas trop métallique mais un peu trop mainstream et trop US à mon goût.
  • The Fall Of Troy - In The Unlikely Event : Ce sont les stars montantes du prog crossover mais cela reste brouillon. Cela devrait toutefois plaire à ceux qui aiment Mars Volta quand ils vont dans le métal.
  • Guilt Machine - On This Perfect Day : Nouveau projet d'Arjen LUCASSEN, le stakhnoviste du prog. Après s'être fourvoyé dans la deuxième phase de "Stream of Passion", voici qu'il nous délivre un mini-album sans saveur...

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/395

Fil des commentaires de ce billet