Ma playlist de cet été

Je profite de cette fin de mois d'aout pour revenir sur 4 albums qui ont bercé mon été, et sur lesquels je n'avais pas pris le temps de m'attarder pour donner mon avis. Il s'agit du dernier Dream Theater, OSI, du surprenant Devin Townsend et surtout mes nouvelles coqueluches électro: Client.

Client - Command  Devin Townsend - Ki  Dream Theater - Black clouds  OSI - Blood


Client - CommandCLIENT - Command

Découvertes par Andrew Fletcher et Martin Gore de Depeche Mode il y a de ça un peu plus de 5 ans, le trio féminin qui compose le groupe Client me plait de plus en plus; et ce autant sexuellement que musicalement ;-) !!!
Avec un look porno-chic d'hôtesses de l'air intouchables, les 3 filles de Client nous distillent une new-wave électro qui me rappelle le bon vieux temps de la dark-wave des années 80. "Command" est leur quatrième album et le son ne cesse de s'amplifier. Fini le son froid des teintes industrielles de l'angleterre des années 80 de leurs premiers albums, ce nouvel opus est résolument "clubby", avec une basse martiale et impartiale qui s'accouple à merveille avec les beats de leur musique électro.
Les compositions sont nettement plus riches et variées, avec l'intrusion d'ici et là d'instruments acoustiques, apportant ainsi une ambiance ambivalente sur le contenu de leur musique. Ces 3 filles ont beau aimer les big beats ;-) , on sent qu'elles préfèrent l'aspect papier-glacé de la new-wave (désolé pour la blague sur big beats, je ne pouvais pas passer à côté de celle-là!). C'est à la fois nostalgique et résolument moderne. pas de doutes, elles sont les dignes héritières de Depeche Mode, New Order et de Human League.
C'est le groupe féminin à suivre; et la relève incontestée de Depeche Mode!


La track-list:
  1. Your Love is like Petrol
  2. Can You Feel
  3. Don’t Run Away
  4. Make Me Believe In You
  5. Lullaby
  6. Ghosts
  7. Satisfaction
  8. Son Of A Gun
  9. Blackheart
  10. In My Mind
  11. Can You Feel Jori Hulkkonen Remix
  12. Soldier
  13. Your Love is like Petrol Auto-Auto Remix
  14. Can You Feel Kindle Remix
  15. Can You Feel Liman Beijing Remix
Vidéo Bonus:
  • Can you feel
  • It's not over
  • 6 in the morning (le très sulfureux soft porno-chic clip)
  • Can you feel (making of)

Quelques liens:

The DEVIN TOWNSEND PROJECT - Ki

Devin Townsend est de retour, et pour une fois, c'est un retour calme! Il met en pause son expérience de métal extrême avec "Strapping Young Lad", ainsi que son groupe métal-prog "Devin Townsend band", il s'agit là de "the Devin Townsend Project", censé durer le temps de 4 albums, avec 4 line-up différents en une année. "Ki" marque donc le début de cette ère éphémère et c'est pour moi une très belle surprise.
Ce n'est pourtant pas l'avis des fans du diable canadien qui trouvent qu'il a perdu sa hargne et son génie avec ses cheveux (Devin est désormais chauve) et que ce nouveau projet est une escroquerie! Que nenni! Cet album est simplement totalement original dans sa discographie, presque à l'opposé de tout ce qu'il avait fait jusque là. Les mélodies sont en effet calmes, voire folk celtique, avec des passages progressifs et des saturations de guitares bien lourdes, bien métalliques. Mais ces montées en puissance se font attendre, elles sont lancinantes, elles avancent masquées et a donc de quoi destabiliser le fan de métal. Mais au final, ces montées de guitares se révèlent redoutables et totalement addictives.
Il faut savoir attendre et apprécier ses introductions calmes. Mon petit bijou est "Trainfire" qui part sur un faux rythme de rockabilly. Le refrain est savoureux et tourne en boucle sur mon autoradio. Mais le chef d'oeuvre n'est pas là, non, il s'agit en fait du morceau central de l'album "Heaven Send", autour duquel les autres mélodies de l'album s'inspirent, s'enroulent et s'enchainent, tel un ADN. Ce duo, avec la chanteuse Ché Dorval, est une tuerie, les couplets syncopées s'harmonisent parfaitement avec la guitare de plus en plus saturée de Devin Townsend. C'est sans doute mon morceau de l'année.
J'espère que la suite du projet sera d'aussi haute volée, même si je trouve cela un peu dommage que Devin Townsend sorte trop d'albums en si peu de temps... La quantité rime rarement avec qualité. Il aurait pu là nous épargner 2 ou 3 chansons... Dommage, mais très bel album en tous les cas!


La track-list:
  1. A Monday – 1:43
  2. Coast – 4:36
  3. Disruptr – 5:49
  4. Gato – 5:23
  5. Terminal – 6:58
  6. Heaven Send – 8:54
  7. Ain't Never Gonna Win – 3:17
  8. Winter – 4:48
  9. Trainfire – 5:59
  10. Lady Helen – 6:05
  11. Ki – 7:21
  12. Quiet Riot – 3:02
  13. Demon League – 2:55

Quelques liens:

Dream Theater - Black clouds and silver linings

Du beau temps pour Dream Theater! Le précédent album entrevoyait un renouveau de Dream Theater, celui-ci se confirme, mais il s'agit plus d'un retour aux bases. Dream Theater évite de s'éparpiller et revient vers sur ce qu'il sait faire de mieux: trouver des bons riffs sur les rythmes endiablés de la batterie de Mike Portnoy, et trouver des enchainements plus humains, moins démonstratifs, comme ils avaient su si bien le faire dans leurs 3 premiers albums. Du coup, Jordan Rudess a avalé (presque) toutes les touches de son clavier et joue maintenant au "Continuum", instrument hybride entre une planhe à repasser, une scie musicale et un clavier (sans touche). Son apport musical est donc moins pompeux et s'accorde parfaitement avec la guitare de John Petrucci.
Il n'y a donc rien de nouveau dans cet album, c'est comme depuis longtemps, cela sonne comme du déjà entendu, et du fait de la longueur des compos, et du timing global (75mn pour le CD1), on se dit qu'on a echappé au pire! J'aurais préféré des compositions moins longues. "Black clouds..." n'est donc pas un album transcendant, mais il s'écoute très bien, à part la ballade qui m'énerve au plus haut point. . A noter que le disque 2 comporte quelques reprises, dont le "Larks' tongues in Aspic, part II" de King Crimson. Ce n'est rien que du bonheur!!! Du coup, je zappe directement après le premier morceau à celui-co, oubliant le reste de l'album. Les autres reprises ne sont pas assez connu (même celles de Queen) et accroche peu car les compositions originales commencent à faire vieillottes. Le troisième CD, uniquement pour les fans, sont les versions instrumentales à rallonge des nouveaux morceaux...


La track-list:
  1. A Nightmare to Remember - 16:10
  2. A Rite of Passage - 8:36
  3. Wither - 5:25
  4. The Shattered Fortress - 12:49
  5. The Best of Times - 13:09
  6. The Count of Tuscany - 19:16
CD Bonus:
  1. Stargazer
  2. Tenement Funster/Flick Of The Wrist/Lily Of The Valley
  3. Odyssey
  4. Take Your Fingers From My Hair
  5. Larks Tongues In Aspic Pt.2
  6. To Tame A Land
  7. A Nightmare To Remember (Instrumental Mix) A Rite Of Passage (Instrumental Mix)
  8. Wither (Instrumental Mix)
  9. The Shattered Fortress (Instrumental Mix)
  10. The Best Of Times (Instrumental Mix)
  11. The Count Of Tuscany (Instrumental Mix)
Liens:

OSI - BloodOSI - Blood

Petit rappel sur OSI, anciennement appelé pompeusement "Office of Strategic Influence", il s'agit du groupe de l'ancien clavièriste de Dream Theater (première période), Kevin Moore, et du guitariste de Fates Warning, Jim Matheos. A eux deux, ils en sont à leur troisième collaboration et continuent d'inviter quelques guests de renom, avec ce coup-ci le batteur de Porcupine Tree, Gavin Harrison; Tim Bowness et Mikael Akerfeldt d'Opeth. L'album commence sur un bon rythme, avec la bonne pêche qu'il y avait du deuxième album. Après, cela ressemble plus au projet solo de Kevin Moore avec "Chroma Key", c'est-à-dire une ambiance nettement plus calme, sombre et triste tel un univers post-industriel.
Je n'ai pas ressenti d'élévation dans les compositions, cela reste trop lugubre, même si le morceau "stockholm" se révèle ^éter une splendide composition. Bref, c'est un peu une déception. Je m'attendais à nettement mieux.


La track-list:
  1. The Escape Artist
  2. Terminal
  3. False Start
  4. We Come Undone
  5. Radiologue
  6. Be The Hero
  7. Microburst Alert
  8. Stockholm
  9. Blood
  10. -
  11. No Celebrations
  12. Christian Brothers
  13. Terminal (endless)

Liens:
Quelques extraits regroupés de l'album en écoute:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/372

Fil des commentaires de ce billet