Inglorious Basterds de Quentin Tarantino

Voici donc le dernier Quentin Tarantino, qui ne fait pas dans la dentelle, et qui s'amuse avec l'histoire de la deuxième guerre mondiale...
Synopsis: Dans la France occupée de 1940, Shosanna Dreyfus assiste à l'exécution de sa famille tombée entre les mains du colonel nazi Hans Landa. Shosanna s'échappe de justesse et s'enfuit à Paris où elle se construit une nouvelle identité en devenant exploitante d'une salle de cinéma.
Quelque part ailleurs en Europe, le lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats juifs américains pour mener des actions punitives particulièrement sanglantes contre les nazis. "Les bâtards", nom sous lequel leurs ennemis vont apprendre à les connaître, se joignent à l'actrice allemande et agent secret Bridget von Hammersmark pour tenter d'éliminer les hauts dignitaires du Troisième Reich. Leurs destins vont se jouer à l'entrée du cinéma où Shosanna est décidée à mettre à exécution une vengeance très personnelle...

Ma note:

Ma critique:
Alors que je m'attendais à un vrai film de guerre revu et corrigé par Quentin Tarantino, j'ai été surpris de constater que cela n'en est pas vraiment un. Avec un côté pastiche, en hommage au cinéma d'antan, Quentin Tarantino surprend une fois de plus son monde en nous dévoilant une histoire d'un comique un peu déplacé, abracadabrantesque et d'une méchanceté gratuite telle que l'on peut en attendre de notre sale gamin (préféré) d'Hollywood, qui décide avec ce film de revisiter une partie de la deuxième guerre mondiale...
En entamant son film tel un western spaghetti, avec des gros plan sur les gimmicks des acteurs; avec insertion des surnoms de ceux-ci, on s'attend à rire. Mais comme dans les films de Sergio Leone, ce sont les pauvres paysans qui trinquent, et ce, dans la plus grande indifférence. La scène de l'exécution de la famille de Shoshanna est magistrale, et Christoph Waltz a la méchanceté de Lee Van Cleef, et la classe d'un Anthony Hopkins.

Après, Quentin Tarantino développe plus son style habile de comment je mets le bordel absolu avec classe. Comme souvent dans ses films, il y a cette scène, tout en nuance, où le plan semble se déroulait sans accrocs, et qui vous pête à la figure et vous arrache le bout du nez. Avec les costumes de l'armée nazie, le charme de Diane Kruger, cela en serait presque du théâtre, car chaque mot est placé, prêt à incendier la salle avec le silence qui s'en suit.

Les dialogues de ce "Inglorious Basterds" sont magnifiques et partent pas mal en longueur, mais bon, quand ils sont aussi bien placés par Christoph Waltz, cela passe très bien. Mais bon, ce n'est pas lui, ni le style décontracté de Brad Pitt qui font que ce film est un chef d'oeuvre. La fin nous rappelle que c'est juste du cinéma et que c'est bien de rire de tout, même des juifs et des nazis.

Info sur le film:
  • Réalisation: Quentin TARANTINO
  • Scénario: Quentin Tarantino et Tom Tykwer
  • Principaux acteurs: Brad PITT, Christoph WALTZ, Mélanie LAURENT, Diane KRUGER, Eli ROTH et Julie DREYFUS
  • L'affiche du film

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/371

Fil des commentaires de ce billet