The Reader de Stephen Daldry

Ayant vu il y a quelques semaines "The reader" à l'étranger, je profite de sa sortie en France pour vous faire partager mon amour pour ce film, et surtout pour Kate Winslet, plus belle et naturelle que jamais.

Synopsis: En Allemagne de l'Ouest, quelques années après la Seconde Guerre mondiale. un adolescent, Michael Berg, fait par hasard la connaissance de Hanna, une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Commence alors une liaison secrète et passionnelle. Pendant plusieurs mois, Michael rejoint Hanna chez elle tous les jours, et l'un de leurs jeux consiste à ce qu'il lui fasse la lecture. Il découvre peu à peu le plaisir qu'elle éprouve lors de ce rituel tandis qu'il lui lit L'Odyssée, Huckleberry Finn et La Dame au petit chien, etc. Hanna reste pourtant mystérieuse et imprévisible. Un jour, elle disparaît, laissant Michael le coeur brisé.
Quelques années plus tard, devenu étudiant en droit, Michael assiste aux procès des crimes de guerre Nazi. Il retrouve Hanna... sur le banc des accusés. Peu à peu, le passé secret de Hanna est dévoilé au grand jour...
Ma note:

Ma critique:
Distribuer un film sur un sujet aussi sérieux et dérangeant en plein été est assez suicidaire dans sa logique commerciale, surtout que le film a déjà été distribué dans toute l'Europe depuis, déjà, plusieurs mois. Mais bon, à ce qu'il parait, le film a failli de n'être jamais distribué dans notre contrée: on ne va donc pas faire la fine bouche. Ce film est un chef d'oeuvre d'émotion et il mérite qu'on s'y attarde.
Et c'est vrai dès qu'on parle du sujet épineux de la Shoah, je ressens un certain malaise quand ce traumatisme sert de levier dramatique et romanesque. Pourtant là, j'ai été bouleversé par la trame de cette histoire. Stephen Daldry ne tombe pas dans le piège de la démagogie, il reste neutre face au passé de l'héroïne et laisse le spectateur comme seul juge. Le film dépasse le simple cadre de la représentation historique, car le sujet tourne plus sur la gestion de ses sentiments mis à bas, de sa honte intérieure (celle de l'héroïne ou du jeune héros), que de la culpabilité reconnue de ses actes passés.
C'est aussi un film sur l'amour nostalgique, où le souvenir de l'émancipation sexuelle du jeune Michael rappelle le film de Robert Mulligan "Un été 42" où la beauté d'une femme plus âgée bouleverse l'âme de l'adolescent. Mais à la différence que dans "The reader" cela commence de suite par la liaison amoureuse. Nous sommes donc bien lien du songe dans lequel rêve Herbert (de l'été 42) et pourtant, il y a en commun cette nostalgie d'un amour impossible, interdit, qui meurtrie à jamais les 2 jeunes hommes. Et la plaie du jeune Michael Berg s'ouvre béante quand il découvre le passé de sa belle, ancienne tortionnaire dans un camp nazi.
Le plus bouleversant est que le jeune homme, est là pour étudier le procés et qu'il a la possibilité de sauver son ancien amour. Il est dans ce profond désarroi de découvrir ce passé qu'il ne pouvait imaginer, qui percute de plein fouet ses souvenirs d'amour et de pure beauté. Il aimerait tant plaider pour sa belle, mais il comprend vite que la défendre serait en un sens la trahir.
Le dernier tiers du film est splendide et met la boule au ventre.

L'intensité du regard de Kate Winslet y joue pour beaucoup, elle joue le rôle d'une femme paradoxalement froide et assez frustre, et qui par moment dégage un sentiment de bonheur et d'amour. Je dois l'avouer: j'ai un gros faible pour Kate Winslet. Depuis que je l'ai vu dans "Créatures célestes"; où elle m'a mise littéralement en émoi, je suis fan. Et avec ce film, mon coeur s'est mis une fois de plus en émoi. Ce qu'elle est belle et naturelle, et surtout, qu'est-ce qu'elle dégage comme sincérité. Son oscar pour meilleure actrice est amplement méritée. Le jeune David Kross est quant à lui très bien, et dire qu'il n'était pas majeur au début du film (rassurez-vous, pour les scènes de nues, les producteurs attendirent qu'ils aient sa majorité!). Ralph Fiennes est également superbe dans sa sobriété, d'homme tiraillé par un amour honteux aux yeux de tous qui aimerait redonner un visage humain à son ancienne amante.


Info sur le film:

  • Réalisation: Stephen Daldry
  • Scénario: David Hare, d'après le roman de Bernhard Schlink, paru en 1995, qui a été le premier roman allemand contemporain en tête de la liste des best-sellers du New York Times.
  • Principaux acteurs: Kate Winslet, David Kross, Ralph Fiennes, Bruno Ganz, Susanne Lothar, Lena Olin, etc.
  • L'affiche du film

Quelques liens:

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/363

Fil des commentaires de ce billet