Histoire des codes secrets - Simon Singh

Histoire des codes secrets - Simon SinghSuite à la lecture de PopCo de Scarlett Thomas, livre dans lequel les codes secrets avaient une part importante, je voulais en savoir plus et j'ai suivi les conseils de l'auteur avec le livre de Simon Singh qui effectue une revue historique des codes secrets, de l'Egypte des Pharaons à l'ordinateur quantique, en passant par Enigma et le PGP.
Résumé: De tous temps, les codes secrets ont été un outil indispensable dans les affaires d'ordre politique, diplomatique, militaire. Ils ont décidé du sort des peuples, des armées, quelquefois des amants... De l'arrestation de Marie Stuart à l'entrée en guerre des États-Unis pendant la Première et Seconde Guerre mondiale, des messages cachés dans la chevelure des émissaires grecs aux salles de calcul de la National Security Agency, ce livre, aussi excitant qu'un roman policier, déploie une véritable fresque historique. Il nous montre aussi comment la guerre continuelle du codage et du décodage a entraîné des découvertes et des progrès multiples en linguistique, en mathématiques, et, pour finir, dans la mise au point des ordinateurs. Mais surtout, il attire notre attention sur un enjeu capital de notre civilisation.
A l'ère des satellites et de l'Internet, jamais la notion de cryptage n'a été aussi centrale dans la protection de la vie privée...
Ma note:

Ma critique: Voici un livre passionnant de bout en bout, qui vous invite à faire une relecture de l'histoire sous le prisme des armées, des services secrets et de la diplomatie qui ont en tout temps utilisé de la cryptographie pour communiquer de manière sûre. Mais n'allez pas croire que c'est uniquement un livre de vulgarisation scientifique sur le domaine de la cryptographie... Non, c'est avant tout un livre d'histoire, voire même d'espionnage, avec de très bonnes anecdotes qui lève un voile sur certains grands faits historiques.
En effet, depuis que l'homme est devenu cryptographe, un cacheur de message, il a accouché d'une nouvelle vocation: celle du cryptanalyste, celui qui s'efforce de décoder et de casser les messages cryptés. Et c'est ce que ce livre raconte au cours de ces deux derniers millénaires, du temps des romains à notre histoire récente, c'est une véritable aventure, un jeu du chat et de la souris, une lutte incessante entre l'objectif du cryptographe, qui fait tout pour que son message soit illisible par l'ennemi, et l'ennemi, qui les décode et qui a tout intérêt de cacher son éventuel compréhension de ces messages. Simon Singh nous montre que bien plus d'une bataille et guerre se sont joués grâce au mutisme des casseurs de codes, comme la résolution du problème de la Machine Enigma.
La première partie du livre traite de l'origine de la cryptographie, depuis le chiffre romain, qui n'était qu'un simple décalage de lettre, au codage actuel informatique (RSA, PGP) en passant par le chiffre de Vigénère et la machine Enigma. A chaque type de code, la stéganographie (l'art de cacher un message dans un autre, ou dans une image ou un texte), la cryptographie par substitution de lettres, de codes ou de chiffre; et la cryptographie par transposition; l'auteur nous explique avec tout son talent pédagogique le principe du cryptage et de décryptage, en nous laissant en annexe les parties plus techniques, réservées aux lecteurs les plus scientifiques. Ainsi, on suit sans encombres le cheminement du chiffre au fil des siècles pour arriver à notre époque actuelle, sans trop se prendre la tête, d'autant plus que les anecdotes sont assez croustillantes et très intéressantes, surtout quand on arrive aux conflits du XXème siècles.
Ainsi, on apprend que lors de la Première Guerre mondiale, où le bureau 40 — service du chiffre britannique — s'illustra tout particulièrement en décryptant les messages codés des allemands vers la fin 1916, dont celui destiné à l'ambassadeur allemand des USA, devant motiver le gouvernement mexicain à une alliance pour détourner les USA de continuer d'alimenter l'Europe en matériel. Et tout le stratagème des anglais fut de faire croire que la fuite du message fût du côté du gouvernement mexicain... Et ce fût le fait générateur de l'entrée des USA dans la guerre, d'autant plus que l'Allemagne resta persuadée jusqu'à la fin de la sureté de son message.
L'autre chose frappante concerne la Machine Enigma, où c'est en fait le polonais Rejewski (et non Turing) qui fût le premier à casser le code d'Enigma, et ce dès les années 30. Mais début 1939, les allemands rajoutèrent 2 tambours de brouillage, rendant obsolète pour un temps tout son travail de décryptage. Et face à l'imminence de la guerre, il donna aux français et aux anglais sa formule de décryptage et de sa "bombe", son premier "ordinateur" pour traiter les possibilités. Et c'est avec ce travail que Turing et toute son équipe à Betchley Park que les anglais réussirent à déjouer Enigma vers la fin 1942, hormis celui de la flotte nazie, plus complexe. Sans Rejewski, Simon Singh, (qui a étudié les dossiers secret-défenses de l'époque dévoilée dans les années 70), affirme même que la Deuxième guerre mondiale n'aurait pû être gagnée si vite, et que les succès de 1944 et de 1945 fûrent grâce au décryptage d'Enigma (et du Chiffre de Lorenz), car les allemands restèrent persuadés jusqu'à la fin de l'inviolabilité d'Enigma. Et les anglais laissèrent même croire cela jusqu'au milieu des années 60! Le plus surprenant également est que généralement, les premiers cryptographes et casseurs de codes sont restés dans l'ombre, pour garder le plus longtemps leurs secrets, et Simon Singh rend hommage à ces hommes de l'ombre.
Dans la dernière partie du livre, nettement plus technique, l'auteur se consacre sur la technologie de codage utilisée pour les transactions sur le web et via email: le RSA (inventé par Diffie, Hellman et Merkle et mis en application par Rivest, Shamir et Adlemanet) et le PGP (inventé par Zimmermann), ainsi ce que sera le cryptage de demain, une fois que les ordinateur quantiques existeront. Enfin, avec cette technologie quasi inviolable offerte à tous, Simon Singh expose les 2 points de vues sur le débat politique au tour de la cryptologie: doit-on laisser une technologie de cryptage à portée de tous, laissant ainsi les gangsters, mafias et terroristes communiquer dans une quasi confidentialité ou bien la cryptologie doit-elle restée l'apanage des Etats?
Là est la question et c'est un vaste débat où les arguments de chaque camp se valent...
En exergue à son livre, on retourve des annexes plus technique et chose amusante, l'auteur propose un jeu concours (maintenant terminé) avec une série de 10 messages codés, du plus simple au plus complexe où tout apprenti décrypeteur peut s'amuser.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.atoma.org/atopia-v3/index.php?trackback/324

Fil des commentaires de ce billet