Des chansons qui comptent ,vol.7

On a tous quelque chose de Tennessee... disait l'autre. Enfin, on a surtout à un moment donné, une chanson, un air, un refrain qui vous hante et qui vous marque pour pas mal de temps.
Voici donc 2 chansons découvertes lors de mes périples en Espagne, une chanson typiquement espagnole, et une autre qui symbolise les fiestas nocturnes andalouses quand j'ai fait mon semestre universitaire en Espagne...

El ultimo de la fila - no me acostumbro

Cette chanson est synonyme pour moi de la découverte de l'Espagne, quand je suis parti la première fois dans une famille d'accueil pour l'été. J'avais 15 ans et demi et j'étais peu enthousiaste d'y aller. Pourtant, j'y ai passé l'un de mes meilleurs été (malgré ma pauvre maîtrise du castillan), et j'y suis retourné 3 fois de suite dans la province de Soria, dans le village de Salduero, plus exactement.
Tous les soirs, nous étions au bar à picoler et à jouer aux cartes (au Mus, entre autre), et les patrons du bar mettaient l'album de ce groupe au nom bizarre: "El Ultimo de la fila" (le dernier de la file)... le grand groupe espagnol de l'époque. Cette chanson n'est pas des plus joyeuse, au contraire. Elle parle de nostalgie, d'amour d'enfance et des rêves perdus depuis et à chaque fois que j'écoute cette chanson, j'ai cette nostalgie de ces jours heureux qui me tenaille. Une des rares chansons qui me donne la larme à l'oeil...

El ultimo de la fila - no me acostumbro
[ album "el ultimo de la fila - nuevas mezclas" (1987) ]
Tan lejos los recuerdos de días felices y extraños.
Mis viejas fotos mienten, tu pelo es más liso y claro. 
Un ángel sobrevuela la tela invisible de araña, 
que el tiempo puso en ellas y no logro recordar: 
¿por qué esas flores raras crecen en las aceras para ti? 
Volveré a cogerlas, ¿sabes? 
No me acostumbro a estar sin ti. 
Otra vez jugaremos a guerra en la selva, 
gritando como niños, aullando en la fría niebla. 
No logro acostumbrarme aún a ser adulto. 
Sonríes en mis manos y no recuerdo: 
¿por qué esas flores raras crecen en las aceras para ti? 
Volveré a cogerlas, ¿sabes? 
No me acostumbro a estar sin ti. 
Volveré a esperar la noche, de pie en el oscuro rellano, 
que vuelvas despeinada de los bares cerrados. 
Tan lejos los recuerdos, lejos de ti en la calle, 
busco en mis viejas fotos y no he logrado recordar: 
¿por qué esas flores raras crecen en las aceras para ti? 
Volveré a cogerlas, ¿sabes? 
No me acostumbro a estar sin ti. 
No, no me acostumbro; 
antes del invierno estaré ahí. 
Hay serios problemas, ¿sabes? 
No me acostumbro a estar sin ti. 
¿por qué esas flores raras crecen en las aceras para ti? 
Volveré a cogerlas, ¿sabes? 
No me acostumbro a estar sin ti. 
Otra vez jugaremos a guerra en la selva. 

Quelques liens:


Maquina total 7 - Radio edit

Mon deuxième grand souvenir musical de l'Espagne, n'est pas à vrai dire une chanson espagnole, mais l'un de ses plus belles représentations de ses folles soirées en discothèque. C'était en 1994, et dans le cadre de mon cursus en Ecole de Commerce (ESC Troyes), nous avions un semestre dans une université étrangère. Et j'ai eu la chance de partir à Cadix (ou Cadiz pour les locaux) en fin fond de l'Andalousie.
Cadix est une presqu'ile, et l'un des lieux les plus festifs d'Espagne: les sévillans y débarquent tous les week-end pour profiter de la plage et de son ambiance. Et en 6 mois passés là-bas, alors que nous pensions visiter tout le sud de l'Espagne avec mes 2 autres compères, nous avons dû passer moins de 4 week-ends à l'extérieur de la presqu'ile de Cadiz! Tous les week-end (plus exactement, dès le jeudi soir): c'était FIESTA et nuits de folie!!! Et inutile de dire que nous avons écumé toutes les boîtes de Cadiz et le plus souvent jusqu'au petit matin!
A l'époque, l'Eurobeat régnait en maître dans toutes les discothèques européennes, et les espagnols ont créé un truc génial au niveau marketing pour promouvoir ces compilations de Dance: le "Makina", sorte de megamix regroupant les principaux tubes dance du moment, présents évidemment dans la compile en question. L'autre charme de cette compile et de la movida espagnole, c'est aussi de faire chanter ces tubes par des inconnus (cela coute moins cher). Par exemple dans le morceau ci-dessous en écoute, ce n'est pas Neneh Cherry & Youssou N'Dour qui chante "7 seconds", ni Laura pausini sur la version espagnole de "Non C'e", etc.
Bien que j'ai toujours trouvé cela insupportable, là, bizarrement, cela a eu son charme, et parfois, je préférais même la version espagnole (la version de "G.E.M. - I feel you tonight" en "yo te siento asi" est bien mieux!!!).
Bref, en tous les cas, cette chanson, elle me rappelle 6 mois de délires avec Fred, Baudoin, José-Luis, Pili & Jorge!

Maquina total 7 - Radio edit
[album "Maquina total 7" (1994)]
Escuchame la historia que te voy a contar. 
La historia de este disco que es el maquina total:
 -> The Outhere Brothers - Don't stop
 -> Taleesa - I found luv
 -> G.E.M. - I feel you tonight
 -> The Outhere Brothers - Don't stop
 -> Cabballero - Hymn
 -> Fun 4 Me - Se fue
 -> Lovers - 7 seconds
 -> DJ Miki - Dance piu
 -> Taleesa - I found luv
 -> G.E.M. - I feel you tonight 
 -> Karen - Over the rainbow
 -> Jens - Loops & tings
 -> Paco Pil - Johnny techno ska
Y ahora me despido, me tengo que marchar...
porque aqui se acaba el maquina total


Précédentes chansons qui comptent...

    Cliquez ici pour y accéder
  • Richard Gotainer - La ballade de l'obsédé
  • Jad Wio - Ophélie (est zoophile)
  • Mai 2007: volume 4
  • Masters Of Reality - "T.U.S.A"
  • Adrian Belew - "Incomptence Indifference"
  • Nine Inch Nails - "Last"
  • Porcupine Tree - "Arriving somewhere (but not here)"
  • Marillion - "Script for a jester's tear"
  • Sisters of Mercy - "Marian"
  • The The "This is the day"
  • Talking Heads "Memories can't wait"