Des chansons qui comptent ,vol.2

On a tous quelque chose de Tennessee... disait l'autre. Enfin, on a surtout à un moment donné, une chanson, un air, un refrain qui vous hante et qui vous marque pour pas mal de temps. Voici donc 2 chansons que j'adore à en mourrir, et que je pourrai écouter en boucle jusqu'au bout de la nuit.

Sisters of Mercy - Marian

Et s'il y a bien une chanson que j'ai écouté en boucle toute une nuit, c'est bien celle-ci. Au lycée, avec 2 autres potes, nous étions tous 3 hypnotisés par cette chanson lugubre des Sisters, et nous avons eu un curieux défi de passer une soirée qu'avec cette musique, tournant en boucle. Et nous avons tenu. Et depuis, quand je l'écoute, je la remets toujours 2 ou 3 fois de suite!
Et allez comprendre pourquoi, cette chanson est LA chanson pour les fans des Sisters, alors que je dois l'avouer, c'est la plus monotone de toutes! Mais c'est là toute l'alchimie du Rock Gothique, être à contre-courant des mièvreries acidulés de la Pop, avec une atmosphère de fin de monde, une voix sépulcrale et ces quelques filets de cristal, électriques ou acoustiques, qui jaillissent de la guitare de Gary Marx et de Wayne Hussey (The Mission). Ah, cette sublimation de la tristesse et de la mélancolie est aussi vaste que l'océan dans lequel se noie Andrew Eldritch.

The Sisters of Mercy -"Marian (Version)"
[ from the album "First And Last And Always" (1985) ]
In a sea of faces, in a sea of doubt
In this cruel place your voice above the maelstrom
In the wake of this ship of fools I'm falling further down
If you can see me, Marian, reach out and take me home

I hear you calling, Marian
Across the water, across the wave
I hear you calling, Marian
Can you hear me calling you to
Save me, save me, save me from the grave

Marian
Marian

There's a weight above me
And the pressure is all too strong
To breathe deep, breathe long and hard
To take the water down and go to sleep
To sink still further
Beneath the fatal wave
Marian, I think I'm drowning
This sea is killing me

I hear you calling, Marian
Across the water, across the wave
I hear you calling, Marian
Can you hear me calling you to
Save me, save me, save me from the grave


Was ich kann und was ich konnte
Weiss ich gar nicht mehr
Gib mir wieder etwas schones
Zieh mich aus dem meer
Ich hore dich rufen, Marian
Kannst du mich schreien horen?
Ich bin hier allien
Ich hore dich rufen, Marian
Ohne diene hilfe verliere ich mich in diessem ort

I hear you calling, Marian
Across the water, across the wave
I hear you calling, Marian
Can you hear me calling you to
Save me, save me, save me from the grave

Marian



Marillion - Script for a Jester's tear

Fish est l'un des meilleurs songwriter anglais, même si depuis son départ en solo de Marillion, il se soit encrouté dans son écriture. A l'époque de Marillion, son style était très imagée, percutant, avec une profusion de textes et de références.
Leur premier album était sous le signe du bouffon ("jester" en anglais) cherchant en vain la gloire et l'amour. Evidement, avec des références aux légendes médiévales, les textes de l'album sont poignants, où derrière le masque du bouffon, Fish dévoile une partie de sa personnalité, et surtout de sa fragilité et de sa noirceur interne.
L'album "Script for a Jester's tear" est surtout questions de ruptures sentimentales "script"; "the web"), de nostalgie, de suicide (Chelsea Girls), de conflits et de terrorisme (Forgotten sons") ou encore de dépendance à la drogue ("he knows, you know").
Pour le morceau "Script...", c'est donc une histoire de déception sentimentale, où Fish se retrouve à nouveau seul et sait que sa dulcinée est perdue. Tout comme dans "lavender" (de "Misplaced Childhood", 1984), il fait référence à un dicton anglais "What you lose on the swings you gain on the roudabouts" qui signifie "ce qu'on perd d'un côté on le gagne de l'autre", mais lui, c'est sur les 2 faces qu'il perd...
Il m'arrive toujours de la chantonner: je la connais par coeur. Cette chanson m'a longtemps accompagné dans mon spleen d'adolescent, faut dire, que les paroles de Fish font mouche dans ce domaine...

Marillion - Script for a jester's tears
[Script for a jester's tears - 1983]
So here I am once more in the playground of the broken hearts 
One more experience, one more entry in a diary, self-penned 
Yet another emotional suicide overdosed on sentiment and pride 
Too late to say I love you, too late to re-stage the play 
Abandoning the relics in my playground of yesterday 

I'm losing on the swings, I'm losing on the roundabouts 
I'm losing on the swings, I'm losing on the roundabouts 
Too much, too soon, too far to go, too late to play, the game is over 
The game is over 

So here I am once more in the playground of the broken heart 
I'm losing on the swings, losing on the roundabouts, the game is over, over 
Yet another emotional suicide overdosed on sentiment and pride 
I'm losing on the swings, losing on the roundabouts, the game is over 
Too late to say I love you, too late to re-stage the play 
The game is over 

I act the role in classic style of a martyr carved with twisted smile 
To bleed the lyric for this song to write the rites to right my wrongs 
An epitaph to a broken dream to exorcise this silent scream 
A scream that's borne from sorrow 

I never did write that love song, the words just never seemed to flow 
Now sad in reflection did I gaze through perfection 
And examine the shadows on the other side of the morning 
And examine the shadows on the other side of mourning 
Promised wedding now a wake 

The fool escaped from paradise will look over his shoulder and cry 
Sit and chew on daffodils and struggle to answer why? 
As you grow up and leave the playground 
Where you kissed your prince and found your frog 
Remember the jester that showed you tears, the script for tears 

So I'll hold our peace forever when you wear your bridal gown 
In the silence of my shame the mute that sang the sirens' song 
Has gone solo in the game, I've gone solo in the game 
But the game is over 
Can you still say you love me 



Précédentes chansons qui comptent...