Politiques et journalistes: une affaire de moeurs à la Française

Et une de plus! Une de plus de relation entre un politique et une journaliste.
A croire qu'ils ne font pas le même métier mais qu'ils partagent le même oreiller!!!
Et que les grands de ce monde ne s'offusquent pas si on dit qu'il y a une collusion douteuse entre les médias et le pouvoir politique.

Après Giroud dans les années 70/80; Ockrent, Sinclair et Schonberg, voici Marie Drucker...
Comme quoi, l'éthique de nos journalistes femmes n'est pas des plus morales. Certes, ce sont des femmes intelligentes qui savent ce qu'elles font mais comme tout autre, elles sont manipulables.
Pour notre cher François Barouin, on appréciera sa progression à trouver mieux qu'une simple attachée de presse de province... Souvenez-vous, l'histoire de la cassette de Méry déposée chez DSK. Anne Sinclair tenait le scoop de sa vie et elle n'a rien fait. Alors qu'on ne me dise pas que nos jouranlistes féminines sont impartiales et droites dans leurs bottes vis-à-vis de la politique menée par leur conjoint.
Le plus grave est comme le rappelle le livre "Sexus Politicus", c'est que c'est une moeurs française de lier sur l'oreiller de tels métiers (lire les leçons à retenir pour faire un bon président, issu de ce livre).
Pour ma part, cela en devient consternant. Il n'y a qu'en France que cela arrive, et pas seulement dans le milieu de la politique: il suffit de voir Madame Domenech ;-) . Soit le/la journaliste annonce clairement ses affinités politiques et travaille dans un média orienté politiquement en ce sens, et là, on peut rien reprocher à son éthique (mais on doutera, à raison, de ses propos). Soit on met sa passion au premier plan et occupe une place professionnelle moins au devant de la scène...